great white shark, Carcharodon carcharias, preying on Cape fur seal, Arctocephalus pusillus pusillus, False Bay, South Africa, Atlantic Ocean

L’attaque aérienne du grand requin blanc « breach » article exclusif écrit par Alessandro De Maddalena pour SMF

L’attaque aérienne du grand requin blanc , article pour Sharks Mission France

par Alessandro De Maddalena

 

Nous sommes situés à False Bay, en Afrique du Sud, à seulement cinquante minutes en voiture du Cap. L’eau a une couleur extraordinaire dans la lumière de l’aube. Les sons émis par les otaries de l’île voisine résonnent sans relâche dans l’air. Soudain, les eaux s’ouvrent et le grand requin blanc (Carcharodon carcharias), seigneur des océans, émerge avec toute sa masse puissante et son étonnante élégance. La tête conique, les branchies en forme de lame, la coloration presque métallique, les longues nageoires pectorales en forme de faucille lui donnent un aspect préhistorique dans l’ensemble. Il a un bébé otarie dans la gueule. Le requin retombe dans l’eau et la mer s’ouvre en un rideau d’éclaboussures pour l’accueillir à nouveau dans sa masse immense. Moins d’une seconde, c’est la durée du saut d’un requin blanc; 0,7 seconde en moyenne. Voir une tel animal chasser, assister à la sélection naturelle en plein essor et de la manière la plus étonnante, est quelque chose qui restera dans l’œil du spectateur jusqu’à la fin de ses jours.

À False Bay se trouve Seal Island, l’île qui abrite une colonie de plus de 60000 otaries à fourrure du Cap (Arctocephalus pusillus pusillus), la plus grande colonie de pinnipèdes située sur une île d’Afrique. Dans ces eaux, les otaries sont la proie préférée des requins blancs. Pendant longtemps, False Bay a été le premier site mondial d’observation du comportement prédateur du requin blanc, dont les secrets ont été révélés principalement grâce aux études menées dans la région par le spécialiste sud-africain des requins Chris Fallows avec sa femme Monique et leur équipe. La période favorable pour observer ce comportement a été identifiée entre avril et septembre. C’est en effet à cette période que les bébés otaries, nés en novembre-décembre, tout en continuant à prendre le lait de leur mère, commencent à élargir leur alimentation et apprennent à chasser, et pour ce faire ils s’éloignent de l’île. Les otaries quittent l’île en groupes, car ils savent qu’en restant ensemble , il est plus difficile  d’être attaqués. Mais quand vient le temps de retourner à Seal Island, le grand requin blanc les attend à l’affût. Les otaries adultes et subadultes sont conscients du danger et savent le limiter; par conséquent, ils se joignent pour former un groupe à l’approche de l’île. Mais les otaries les plus jeunes et les moins expérimentées sont celles qui restent le plus souvent isolées, et ce sont précisément la principale cible des requins blancs. D’autre part, les jeunes otaries ont une teneur élevée en tissus adipeux, ce qui en fait un élément parfait dans l’alimentation du requin blanc.

Habituellement, le site de l’attaque peut être identifié en fonction de la présence d’oiseaux de mer, en particulier les goélands dominicains, qui se rassemblent dans les airs à un endroit précis. Depuis les airs, les oiseaux de mer sont capables de repérer un requin blanc s’approchant d’une otarie avant que l’attaque ne se produise. Il est donc essentiel de suivre attentivement les mouvements des oiseaux pour identifier le site de l’attaque imminente et s’en approcher avec le bateau, tout en maintenant la bonne distance pour ne pas gêner la prédation. L’intérêt des oiseaux de mer pour la prédation des requins blancs sur les otaries s’explique par le fait que si le requin parvient à tuer une otarie, les oiseaux ont la possibilité de se nourrir des restes de son repas.

La courte phase suivant l’aube est généralement le moment choisi par le requin blanc pour attaquer. La quantité de lumière est encore modeste, mais elle suffit pour que le requin puisse voir l’otarie se détacher clairement à la surface; au contraire, la lumière est trop faible pour que la proie puisse voir le requin se diriger vers elle d’en bas à grande vitesse, et la mauvaise visibilité sous-marine des eaux côtières sud-africaines est un autre facteur en faveur du requin.

L’otarie est attaquée en surface et l’attaque dure généralement moins d’une minute. Souvent, la prédation consiste en une seule attaque, effectuée à grande vitesse par le bas, afin d’attraper le l’otarie par surprise. L’élément de surprise est essentiel au succès de l’attaque, en effet, bien que le requin blanc puisse compter sur une plus grande force et une vitesse considérable, l’otarie le surpasse en agilité. Si l’attaque se prolonge dans le temps, la probabilité que l’otarie puisse s’échapper augmente, car l’élément de surprise est perdu. L’attaque peut suivre différentes modalités, mais trois phases principales peuvent être identifiées. La première phase est celle de l’attaque initiale, le requin sautant complètement ou partiellement hors de l’eau, souvent verticalement, atteignant jusqu’à 4 m de haut par rapport à la  surface. Quand il le fait, il peut déjà avoir l’otarie dans sa gueule, sinon il tourne la tête pendant le saut pour ne pas perdre de vue la proie. La deuxième phase est celle de la poursuite secondaire, avec le requin qui saute souvent le dos partiellement hors de l’eau, en direction de l’otarie qui peut encore être indemne ou déjà blessée. La troisième phase est celle de la capture de la proie, qui est souvent réalisée avec un claquement latéral, avec flexion de la tête vers la proie, protrusion de la mâchoire et morsure oblique avec les dents antérolatérales. La dent intermédiaire, qui est placée entre les dents antérieures et les dents latérales de la mâchoire, produit généralement le plus de dommages à la proie.

Les grands requins blancs peuvent sauter hors de l’eau n’importe où, mais  ils le font plus fréquemment en Afrique du Sud que partout ailleurs dans le monde. On pense que le type de fond marin, qui s’enfonce rapidement à une courte distance de l’île, favorise ce comportement. Le requin nage autour de la plate-forme insulaire de Seal Island, prenant de l’élan à plusieurs mètres de profondeur afin d’intercepter l’otarie retournant sur l’île. On a également émis l’hypothèse que la technique d’attaque par sauts est un phénomène culturel typique des requins blancs de cette zone, qui sont en partie sédentaires ou en tout cas reviennent périodiquement sur ce site. Fondamentalement, il est possible que les spécimens aient appris cette technique les uns des autres par imitation.

Cependant, le comportement prédateur des requins blancs est devenu de plus en plus difficile à observer ces dernières années. La saison favorable s’est sensiblement raccourcie et, de six mois, maintenant elle dure à peine deux mois. Ce changement est dû à l’extrême raréfaction de la présence de requins blancs dans la zone, qui, un temps furent  des habitants communs des eaux sud-africaines,  mais ont massivement diminué en nombre sur toute la côte de la région.

 

Alessandro De Maddalena

 

Adjunct Professor of Vertebrate Zoology at the University of Milano-Bicocca, Italy
Collaborator of Apex Shark Expeditions, South Africa
Collaborator of Rodney Fox Shark Expeditions, South Australia
Collaborator of Strømsholmen Sjøsportsenter, Norway

Shark Museum, Simon’s Town, Cape Town, South Africa