Donnez votre voix pour stopper la pêche et le commerce des ailerons de requins

Publié le 14 Mar, 2021

Initiative citoyenne européenne : donnez votre voix pour stopper la pêche et le commerce des ailerons de requins grâce à deux clics. Le point sur l’initiative : on vous explique tout !

 

Depuis 2012, les citoyens européens peuvent s’adresser directement à la Commission européenne au travers d’une initiative citoyenne européenne. Ceci rend possible la proposition d’un amendement législatif concret. C’est ce qu’a fait un groupe de personnes, décidé d’en finir avec la pratique du finning au travers de l’initiative « Stop Finning – Strop the Trade » (Stop à la pratique de « l’aileronage », stop à son commerce). Cette dernière représente l’une des causes de la disparition alarmante des requins. Selon l’ONG Wild Aid, 73 millions de requins en sont victimes chaque année et la surpêche à elle seule causée des pertes de plus de 70% pour certains requins et raies au cours du dernier demi-siècle. S’il est important de prendre conscience de la situation, il l’est encore plus d’agir. Ici, c’est possible et en seulement deux clics : on vous explique ! 

L’initiative citoyenne : l’opportunité de changer les choses

Grace à l’initiative citoyenne européenne, il est possible de faire entendre sa voix. Mais pour que cela aboutisse, au moins un million de signatures sont nécessaires et un certain seuil, qui varie selon les pays, doit être atteint. Et ce, dans au moins un quart des pays de l’Union Européenne. Ici, cela correspond à sept d’entre eux. Sur le site officiel de l’initiative, on lit que « Le nombre minimum requis est d’environ 750 fois le nombre de membres du Parlement européen ». En France, cela correspond à 56 000 signatures, en Belgique, 16 000. Néanmoins, si un pays dépasse son seuil, cela sera profitable à d’autres ne l’ayant pas atteint. Dans cette logique solidaire, chaque vote a son importance. 

Le million de signatures nécessaires doit être recueillies en un an, autrement dit : le 31 janvier 2022. Si tel est le cas, la Commission européenne se verra dans l’obligation de réagir et de recevoir le comité de citoyens. Il pourra ainsi présenter son initiative à l’occasion d’une audition publique au Parlement européen, suite à quoi la Commission aura trois mois afin de donner une réponse sur la manière avec laquelle ils comptent à leur tour agir. Ensuite, deux cas de figures seront envisageables :

  • L’acceptation de la proposition amenant à une modification de la loi
  • Le rejet de l’initiative, accompagné des raisons qui l’ont poussé 

Élargir la réglementation « Fins Naturally Attached »

Le commerce lucratif des ailerons de requins est le résultat d’une technique de pêche cruelle : le shark finning, ou « aileronage » en français. Cela consiste à couper leurs ailerons lorsque ces derniers sont encore vivants, puis à jeter les requins par-dessus bord, parce que leur chair n’a pas assez de valeur. Privés de leurs ailerons, les squales coulent au fond de la mer puis meurent lentement en suffocant (Pour respirer, le mouvement leur est indispensable afin de maintenir un courant d’eau qui apporte de l’oxygène aux branchies), ils se vident alors lentement de leur sang ou sont parfois même en étant mangés vivants. Bien que cela puisse sembler étonnant, ce commerce est également favorisé depuis l’Europe.  L’initiative explique, dans sa revendication, que « Depuis 2013, la réglementation de l’UE  ‘Fins Naturally Attached’, interdit sans exception le stockage, le transbordement et le débarquement de tous les ailerons de requins dans toutes les eaux et sur tous les navires de l’UE. Les ailerons doivent rester attachés naturellement à la carcasse lorsque le navire est déchargé au port. Les ailerons peuvent ensuite être séparés de l’animal et exportés en Asie ». 

Néanmoins, pour prendre un exemple concret, l’Espagne a de façon officielle, débarqué 53 000 tonnes de requins bleus (1,75 millions d’animaux) selon un rapport du groupe de travail sur les poissons cartilagineux du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) en 2018. D’autres espèces, dont certaines menacées, sont toujours chassées en Europe. Une pêche qui concerne les ailerons. Et les chiffres parlent d’eux-même : Pas moins de 3500 tonnes d’ailerons seraient relayées par an par l’UE, pour une valeur totale d’environ 52 millions d’euros, un exemple cité par les instigateurs de l’initiative (d’après Felix Dent, Shelley Clarke; State of the global market for shark products; FAO Fisheries and aquaculture  technical paper 590; Rom 2015; Seite 71ff). Sur le marché mondial, les ailerons dont l’origine est souvent difficile à définir, sont présents en nombre et peuvent être échangés légalement depuis et à travers l’Europe. 

« La réglementation Fins Naturally Attached, stipule que : ‘Les requins ne sont pas un aliment européen traditionnel, mais ils sont un élément nécessaire des écosystèmes marins européens.’ C’est la raison pour laquelle il est temps d’enfin « prendre des mesures cohérentes en Europe pour protéger les requins et nos océans !« , ajoutent les membres de l’initiative.  

Représentants de l’Initiative :

Nils Kluger ( SharkProject)
Germany
Nationality: German

Substitute:

Alexander Hendrik Cornelissen ( Sea Shepherd)
Netherlands
Nationality: Dutch

Membre initiateur( trice) représentant leur pays :

Luis Miguel Fonseca Alves ( APECE)
Portugal

Katrien Vandevelde (BlueShark Conservation))
Belgium

Monica Tenorio de Figueiredo Gabell ( biologiste)
Sweden

Fernando Frias Reis ( Sharks Educational Institute)
Spain

Julian Engel ( Stop Finning )
United Kingdom

Veerle Gishlain Roelandt ( The Global Shark  Conservation Initiative )
Italy

Chrysoula Gkoumpili (biologiste)
Greece

Sabine Reinstaller
Austria

Fabienne Rossier ( Sharks Mission France )
France

Alexandar Dourchev
Bulgaria

Andrew Mark Griffiths (biologiste)
United Kingdom

Les requins, essentiels à la vie des océans

 Apparus il y a 430 millions d’années (quand l’homme n’est qu’apparu il y a plus de deux millions d’années), les requins sont présents dans tous les océans du globe à l’exception de l’Antarctique. Doté d’une mauvaise réputation qui lui a été tristement et injustement attribuée, il est absolument essentiel à l’équilibre et à la bonne santé des océans. Prédateur, voire super-prédateur, il se nourrit de cadavres ou d’animaux malades et faibles, régulant ainsi les populations de prédateurs inférieurs. Mais son rôle ne se limite pas à cela et leur disparition entraînerait des conséquences terribles pour l’écosystème, menaçant même la vie de nombreuses autres espèces. 

En effet, les squales ont, entre autres, une place clef dans la vie des coraux, les aidant à se régénérer et jouant même un rôle dans leur fertilisation. Plus étonnant, ils participent également, en tant que régulateur des espèces, à maintenir une bonne production d’oxygène. L’équation est simple, plus ou moins de super prédateurs entraînerait un écosystème perturbé ainsi que la prolifération et la disparition d’autres espèces. En bout de chaîne, nous retrouvons le plancton. Il est donc absolument indispensable de conserver ces « top prédateurs » afin que l’équilibre soit maintenu et que la production d’oxygène ne soit pas changée. Pour rappel, pas moins de 17 espèces de requins et de raies sont actuellement considérées à risque d’extinction selon les chiffres de mas 2019 de l’UICN (l’Union internationale pour la conservation de la nature). 

Un point précis sur l’avancée des votes dans les pays de l’UE au 13 avril 2021 

Pour l’instant, le pays le plus avancé est la France, avec 100,27% du seuil atteint, soit 55722 votes , suivi par le Portugal, qui compte 98,29%  du seuil atteint (15501  sur 15 771). On trouve ensuite l’Allemagne, avec 74,08, soit 53407 du seuil sur 72 096. La Hongrie arrive juste derrière, avec 49,65% (7 051 sur 15 771). Juste après, figure l’Espagne , qui affiche 43,61 % du seuil, soit (17686 sur 40554 ). Les résultats en temps réel des 22 autres pays de l’UE restants sont à retrouver sur le site internet dédié. :https://www.stop-finning-eu.org/fr/

Il est nécessaire et vital que la France continue à être un pays moteur et accentue le nombre de signatures recueillies . Nous devons doubler, puis tripler, quadrupler , quintupler nos objectifs . Nous pouvons obtenir 300 000 votes en France . nous devons soutenir les pays actuellement à la traine .

Nous devons le faire de manière collective , avec le maximum d’associations françaises , d’organismes, de personnalités  impliqués

Au jour d’aujourd’hui :

StopFinningEU
Sharks Mission France
Association Apecs
Sea Shepherd France
Greg Lecoeur
Un Océan de Vie de René Heuzey
Association Ailerons
Association Sauvegarde des Requins
LePeauBleu
Shark Education
Longitude 181
StopFinningEU France
Hugo Clément
Pierre Frolla, World Champion Freediver
Association Des Instructeurs de Plongée
Shark Citizen
Sharktopia
Parti animaliste
Stéphane Tourreau
BLOOM
et d’autres qui sont en train de nous rejoindre .

Le temps de l’ACTION pour les requins c’est maintenant !

Pour voter, c’est par ici ! : https://eci.ec.europa.eu/012/public/#/screen/home

MH pour SMF

Flyers « STOP FINNING EU  » SMF disponibles sur demande , en adressant un mail à : sharksmissionfrance@gmail.com

 

 

 

 

 

———————————-

European Citizens’ Initiative: give your voice to stop shark finning and trade in two clicks

Since 2012, European citizens can address the European Commission directly through a European Citizens’ Initiative. This makes it possible to propose a concrete legislative amendment. And this is what a group of people have done, determined to put an end to the practice of finning through the initiative « Stop Finning – Stop the Trade ». The latter is one of the causes of the alarming disappearance of sharks. According to the NGO Wild Aid, 73 million sharks are killed each year and overfishing alone has caused losses of more than 70% for some sharks and rays over the past half century. If it is important to be aware of the situation, it is even more important to act. Here, it is possible and in only two clicks: we explain!

The Citizens’ Initiative: an opportunity to make a difference

Thanks to the European Citizens’ Initiative, it is possible to make your voice heard. But for this to succeed, at least one million signatures are needed and a certain threshold, which varies from country to country, must be reached. This is in at least a quarter of the countries of the European Union. Here, this corresponds to seven of them. On the official website of the initiative, we read that « The minimum number required is about 750 times the number of members of the European Parliament« . In France, this corresponds to 56,000 signatures, in Belgium, 16,000. Nevertheless, if a country exceeds its threshold, it will be beneficial to others who have not reached it. In this logic of solidarity, each vote has its importance.

The necessary one million signatures must be collected within one year, i.e. by 31 January 2022. If this is the case, the European Commission will be obliged to react and receive the citizens’ committee. This committee will be able to present its initiative at a public hearing in the European Parliament, after which the Commission will have three months to give an answer on how they intend to act in turn. After that, there are two possible outcomes:

– The acceptance of the proposal leading to a change in the law

– The rejection of the initiative, with the reasons that led to it

Expanding the « Naturally Attached Fins » regulation

The lucrative shark fin trade is the result of a cruel fishing technique called shark finning. This involves cutting off their fins while they are still alive, and then throwing the sharks overboard because their flesh is not valuable enough. Without their fins, the sharks sink to the bottom of the sea and then slowly die by suffocating (they have to swim to breathe to maintain a flow of water that provides oxygen to the gills), bleeding to death or sometimes even being eaten alive. Although it may seem surprising, this trade is also promoted from Europe. The initiative explains in its claim that « Since 2013, the EU regulation ‘Fins Naturally Attached’, prohibits without exception the storage, transshipment and landing of all shark fins in all EU waters and on all EU vessels. Fins must remain naturally attached to the carcass when the vessel is unloaded in port. The fins can then be separated from the animal and exported to Asia”.

Nevertheless, to take a concrete example, Spain has officially landed 53,000 tons of blue shark (1.75 million animals) according to a report by the International Council for the Exploration of the Sea (ICES) Cartilaginous Fish Working Group in 2018. Other species, some of which are threatened, are still hunted in Europe and this hunt concerns fins. And the figures speak for themselves: not less than 3500 tons of fins would be relayed per year by the EU, for a total value of about 52 million euros, an example cited by the instigators of the initiative (from Felix Dent, Shelley Clarke; State of the global market for shark products; FAO Fisheries and aquaculture technical paper 590; Rom 2015; Seite 71ff). On the global market, fins, whose origin is often difficult to define, are present in numbers and can be traded legally from and through Europe.

« The Fins Naturally Attached regulation, states that: ‘Sharks are not a traditional European food, but they are a necessary part of European marine ecosystems‘». Which is the reason why it is time to finally “take consistent action in Europe to protect sharks and our oceans!”, The members of the initiative add.

Sharks, essential to the life of the oceans

Appearing 430 million years ago (when man only appeared more than two million years ago), sharks are present in all the oceans of the world except Antarctica. With a bad reputation that has been sadly and unjustly attributed to them, they are absolutely essential to the balance and good health of the oceans. Predator, even super-predator, sharks feeds on corpses or sick and weak animals, thus regulating the populations of lower predators. But their role is not limited to that and its disappearance would have terrible consequences for the ecosystem, even threatening the life of many other species.

In fact, sharks have, among other things, a key role in the life of corals, helping them to regenerate and even playing a role in their fertilization. More surprisingly, they also participate, as regulators of the species, to maintain a good oxygen production. The equation is simple, less or more top predators would lead to a disrupted ecosystem and the proliferation and disappearance of other species. At the end of the chain, we find the plankton. It is therefore absolutely essential to keep these top predators so that the balance is maintained and that the production of oxygen is not changed. As a reminder, no less than 17 species of sharks and rays are currently considered at risk of extinction according to the 2019 figures of the IUCN (the International Union for Conservation of Nature).

A detailed update on the progress of the votes in the EU countries

For the moment, the most advanced country is France, with 96.34% of the threshold reached, that is to say 53 542 votes out of 55 574, followed by Portugal, which has 86.93% of the threshold reached (13 710 out of 15 771). Then there is Germany, with 65.91%, or 47,515 of the thresholds out of 72,096. Hungary is just behind, with 44.71% (7,051 out of 15,771). Just after is Austria, with 34.72% of the threshold (4 694 out of 13 518). The results in real time of the 22 other EU countries can be found on the dedicated website.

To vote : eu/012/public/#/screen/home

Ces articles vous intéresserons aussi

Les autres articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.