L’appât influence-t-il le comportement du requin blanc ?

L’appât influence-t-il le comportement du requin blanc ?

L’écotourisme avec les grands requins blancs (Carcharodon carcharias) se pratique dans plusieurs pays… Des milliers de personnes se rendent chaque année dans ces endroits pour voir « les Dents de la mer » en action. L’écotourisme avec ces animaux se pratique dans plusieurs pays du monde, notamment en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis d’Amérique et au Mexique.

 

J’écris sur les dernières recherches passionnantes sur les requins dans le monde entier ! Avez-vous déjà pensé à sauter dans une cage et à voir de grands requins blancs (Carcharodon carcharias) sur leur propre territoire ? Vous ne seriez pas seul !

Grand requin blanc

Connus comme les plus grands poissons prédateurs du monde, ces animaux en forme de torpille sont célèbres pour leur apparence et leur capacité à sortir de l’eau. Pourtant, on en sait relativement peu sur sa biologie. Avec une taille maximale estimée à environ 6 mètres, ils peuvent maintenir une température corporelle supérieure à celle des eaux environnantes, ce qui leur permet de s’aventurer dans des eaux plus fraîches.

Vous ne verrez pas cette espèce dans un aquarium ! En raison des réglementations nationales et internationales sur la faune, la plongée en cage avec les requins est actuellement la principale activité légale permettant de rencontrer cette espèce vulnérable en face à face. Au Mexique, la plongée en cage a débuté en 2001 et a pris son envol sur l’île de Guadalupe, une île volcanique située au large de la côte ouest de la péninsule de Basse Californie au Mexique. Reconnue dans le monde entier pour ses eaux claires et ses nombreux requins blancs, les opérateurs d’écotourisme travaillent pendant la « saison » (entre août et novembre) pour offrir des possibilités d’éducation du public et de recherche scientifique. Les revenus locaux de la plongée en cage en Guadeloupe ont été estimés à plus de 4,5 millions de dollars (USD) par saison

Bien que la présence des opérateurs d’écotourisme assure une surveillance permanente contre la pêche illégale, et que l’expérience permette aux gens de voir les requins blancs autrement que comme un « tueur sans cervelle », cette industrie est controversée.

Pourquoi ? Leurs méthodes. Comme l’ont déclaré les auteurs d’une nouvelle étude sur la plongée en cage : « L’approvisionnement en nourriture a été lié à des effets négatifs potentiels sur l’utilisation de l’habitat, le comportement en surface, la bioénergétique, le conditionnement et une augmentation probable de la fréquence des interactions avec les humains ».

Depuis 2016, il y a eu au moins six accidents liés à la plongée en cage sur l’île de Guadalupe, où des requins blancs et des plongeurs ont été blessés. L’accident le plus grave est celui où un requin est mort après avoir été enfermé dans une cage pendant plus de 25 minutes fin 2019, provoquant un tollé mondial autour des pratiques d’appâtage. La vigilance limitée dans cette région éloignée, ainsi que le manque de preuves à l’appui de certaines des réglementations non suivies, seraient à l’origine de ces accidents.

En ligne, beaucoup ont indiqué que l’appât était le seul problème. Alors que seul le poisson congelé (Thunnus albacares) acheté dans le port de départ est autorisé dans le cadre d’activités écotouristiques dans cette zone marine protégée, certains utilisent des appâts frais, estimant qu’ils « pourraient attirer les requins plus efficacement ».

C’est pourquoi des chercheurs, dirigés par le scientifique Edgar E. Becerril-García de l’Instituto Politécnico Nacional, du Centro Interdisciplinario de Ciencias Marinas et de Pelagios Kakunjá, ont décidé de décrire l’effet que différents appâts ont sur l’attraction, le comportement de surface et le conditionnement des requins blancs afin de prévenir de futurs accidents. Au cours de la période d’étude (87 jours), un total de 6 145 observations de 121 requins blancs identifiés ont été enregistrées. Les requins étaient en grande partie des mâles (74 %), sans différence statistique entre les stades de maturité au cours des mois étudiés.

« Un des points les plus importants de l’étude consistait à évaluer l’effet des appâts (thon à nageoires jaunes) sur le comportement de surface des requins blancs », a déclaré l’auteur principal, Edgar E. Becerril-García. « Nos résultats ont permis de détecter des affichages agressifs dans certaines conditions d’appâtage, pour lesquels nous avons fait des recommandations afin d’améliorer les activités de plongée et de réduire la probabilité d’incidents entre les requins et les cages ». Les scientifiques ont constaté que le taux de réussite pour la capture et la consommation d’appâts était similaire pour tous les requins, bien qu’il ait tendance à être plus élevé pour les requins mâles et les individus matures (par exemple, proportionnellement, un requin adulte recevrait l’appât 22 fois pour 100 tentatives de recherche de nourriture). L’étude a également montré que le comportement des requins blancs différait sensiblement selon le type d’appât.

« Ces recherches ont permis de déterminer un faible risque de conditionnement des requins blancs vers les bateaux de plongée en cage, donc ce n’était pas que des mauvaises nouvelles », a déclaré Mme Becerril-García. « Il est important de souligner que l’ile de  Guadalupe représente le site le plus important pour la plongée en cage dans le Pacifique Est, donc une surveillance constante de ce prédateur supérieur est extrêmement précieuse et nécessaire ».

En tant qu’espèce cosmopolite exploitée économiquement dans plusieurs pays, les résultats présentés de cette étude pourraient être utiles non seulement pour les comparaisons futures avec d’autres populations, mais aussi pour contribuer à une protection efficace et à une utilisation durable des requins. Après tout, nous voulons garder ces requins en sécurité pour que les générations futures puissent également en profiter !

Melissa Cristina Márquez Contributrice Science
Article en anglais via Mauricio Hoyos Padilla

Les requins-marteaux peuvent-ils être dangereux pour les humains ?

Les requins-marteaux peuvent-ils être dangereux pour les humains ?

Il existe plus de 440 espèces de requins dans le monde, mais le requin-marteau se distingue par la forme bizarre de sa tête. Il existe neuf types de requins-marteaux. Le grand requin-marteau est le plus grand d’entre eux et peut mesurer jusqu’à 6 mètres, bien que cela soit très rare. En moyenne, il mesure jusqu’à 13 pieds. Une autre espèce de requins-marteaux est plus petite, les requins marteaux tiburo ne mesurent qu’environ 1,5 mètre.

On trouve les marteaux dans les mers tropicales du monde entier, le plus souvent autour des récifs côtiers, mais ils sont connus pour migrer de façon saisonnière en haute mer. Leur habitat, combiné à leur taille, signifie qu’ils pourraient causer des dommages importants à un humain. Mais représentent-ils réellement une menace pour nous ?

Jonathan Davis, biologiste marin et expert en requins basé au Texas, a déclaré à Newsweek qu’il n’est pas inhabituel pour l’homme de rencontrer un requin-marteau dans des eaux peu profondes, car c’est là qu’il vit habituellement.

Pas vraiment dangereux, évidemment…

Cela ne signifie pas pour autant qu’ils constituent une menace pour l’homme.

D’après l’International Shark Attack File, qui est la seule base de données scientifiquement documentée de toutes les attaques de requins connues, il y a eu 16 incidents entre des humains et des requins-marteaux depuis 1900. Et parmi ceux-ci, il n’y a eu aucun décès.
La plupart des interactions négatives ont eu lieu au large de la côte est de la Floride, une au large de la Californie, une autre au large de l’Australie et deux au large des îles du Pacifique.
« Je ne considérerais pas les requins-marteaux comme un danger pour l’homme et je dirais que leur taux d’attaque est très rare », a-t-il déclaré.
James Lea, directeur général de l’organisation de protection des océans Save Our Seas Foundation, a déclaré à Newsweek que l’homme est en réalité une menace bien plus grande pour les requins que pour les humains.
Selon lui, la surpêche a laissé sept des neuf espèces de requins-marteaux en danger ou en danger critique d’extinction.
Lorsque des rencontres entre humains et requins-marteaux se produisent, il est peu probable que les requins nous prennent délibérément pour proies. « La confusion avec une proie ou la curiosité sont les raisons les plus couramment avancées, la plupart des requins s’éloignant lorsqu’ils se rendent compte que nous ne sommes pas une proie interessante « ,.

Pourquoi leur tête a-t-elle cette forme ?

Les ancêtres des requins-marteaux sont apparus sur Terre il y a environ 20 millions d’années.
Selon des recherches publiées par des scientifiques de l’Université du Colorado en 2010, les premiers anciens requins-marteaux étaient aussi grands que les plus grands sur Terre aujourd’hui.
Au fil du temps, l’évolution divergente l’a vu se diviser en différentes espèces, certaines devenant plus petites et sa tête en forme de marteau changeant de forme et de taille.
Les requins-marteaux font partie des espèces de requins les mieux adaptées. La forme particulière de leur tête les distingue des autres requins par leur aptitude à la chasse, leur capacité de navigation et leur efficacité de nage.
Avec leurs yeux positionnés sur le côté, ils bénéficient d’une vision à 360 degrés et d’une perception de la profondeur, à l’avant comme à l’arrière.
« Leur tête maximise également la surface de leurs pores électro-réceptifs, ce qui leur permet de repérer les proies cachées sous le sable comme un détecteur de métaux », explique Lea.
« Ils peuvent même utiliser le marteau pour épingler physiquement leurs proies, ou comme un ‘frein à main’ pour effectuer un virage précis à 180 degrés. »
Lea a déclaré que les différentes espèces de requins-marteaux présentent également une myriade d’autres comportements fascinants.
« Les requins-marteaux festonnés sont une espèce sociale et peuvent se regrouper par milliers, les requins-marteaux tiburo peuvent digérer des matières végétales et même interpréter le champ magnétique terrestre pour naviguer, tandis que les grands requins-marteaux passent la plupart de leur temps à nager en tournant de 50 degrés sur le côté », a-t-il déclaré.

Comment chassent-ils et que mangent-ils ?

Bien qu’elle présente de nombreux avantages, la tête en forme de marteau ne se prête pas bien au rôle de prédateur d’embuscade à grande vitesse. C’est pourquoi leur succès réside dans leur capacité à repérer des proies telles que les raies dans le sable, qui passeraient probablement inaperçues pour un requin de forme générique.
Les requins-marteaux ont une bouche relativement petite, orientée vers le bas. Ils utilisent cette position pour saisir des aliments comme les poissons, les crustacés, les calmars, les pieuvres, les crevettes et les raies.
La forme de la tête d’un requin-marteau pourrait expliquer pourquoi il nous laisse tranquilles. Davis a déclaré que les extensions extérieures de sa tête sont « étonnamment sensibles » et capables de détecter les champs bioélectriques, y compris ceux émis par les humains. Cela signifie qu’ils sont probablement capables de savoir quand nous sommes dans l’eau à proximité. Et comme leur repas préféré est constitué de raies, d’autres requins, de poissons osseux et de crustacés, les humains ne figurent pas à leur menu.
Selon M. Davis, leur « grande efficacité » dans la détection de leurs proies contribue probablement à leur capacité de discerner un pied ou une jambe humaine d’une raie. Selon lui, cela expliquerait d’autant plus le fait qu’aucune des 17 rencontres avec des humains n’ait été fatale.
Dans l’ensemble, M. Davis a déclaré que le requin-marteau est l’une des espèces de requins les plus uniques qui aient jamais existé.
Cependant, ils sont souvent capturés et manipulés pour le spectacle. « Comme effet négatif de leur grande sensibilité, ils ont un taux de survie relativement faible après des rencontres humaines impliquant des bateaux, sur des plages et et dû stress », a-t-il déclaré.
« Il est fortement encouragé de garder les requins-marteaux dans l’eau lorsqu’ils sont capturés et les relâcher aussi rapidement et en toute sécurité que possible pour l’homme et le requin afin de minimiser le stress et d’augmenter les chances de survie. »
Evidemment mieux vaut les laisser tranquilles dans leur élément.
Traduction SMF. L’article original.
Partenariat avec Fenua Factory

Partenariat avec Fenua Factory

Venez découvrir les décorations murales en métal de la collection « Requins » et toutes les autres collections sur le monde marin de Fenua  Factory. Magnifiques oeuvres à l’effigie des requins… En acier thermolaqué noir ou en inox brossé à la main, ce partenariat entre Sharks Mission France et Fenua Factory, vous permet de contribuer aux projets de l’association tout en décorant votre intérieur avec les créations de Pierre Martinez, tatoueur inspiré par sa passion de l’océan. Des créations modernes et épurées disponibles en plusieurs tailles et deux finitions Made In France.

 

Les liens ci-dessous sont des liens affiliés, un pourcentage de votre achat sera reversé à Sharks Mission France pour soutenir les programmes et actions de protection des requins. Chaque oeuvre requin Fenua Factory proposée ci dessous est aussi disponible  directement sur la boutique du site web de Sharks Mission France avec les  photos la représentant .

REQUIN MARTEAU

Pour commander :

https://www.fenua-factory.com/les-animaux-marins/2187-decoration-murale-en-metal-requin-marteau.html?utm_source=association+sharks+mission&utm_medium=partenariat&utm_campaign=requin+marteau

Décoration murale en métal – REQUIN MARTEAU
Vous souhaitez apporter une touche d’originalité à votre maison, cette décoration murale design en métal sera l’objet idéal à l’intèrieur (pour votre salon, chambre, salle à manger…) comme à l’extèrieur (jardin, pool housse, mur de séparation, façade…).
Inspiré par mes passions, les Océans et la magie de la culture tribale Polynésienne.
CRÉATION ORIGINALE :
Pierre MARTINEZ (Artiste Tatoueur)
RÉALISATION :
« MADE IN FRANCE » à Sanary sur mer, dans le var.
DÉCORATION MURALE EN MÉTAL :
Disponible en 2 matières : Noir thermolaqué ou Inox brossé à la main
TAILLES STANDARDS DISPONIBLES :
S = 40 cm / M = 60 cm / L = 80 cm / XL = 100 cm
Taille « Sur Mesures » possible jusqu’à 4m sur simple contact
Par mail en passant par notre page « Nous Contacter » en choisissant service client ou par Téléphone au 06 18 06 39 77.
Épaisseur : 2 mm
UNE QUESTION À PROPOS DU PRODUIT ?
Nous sommes à votre disposition par téléphone au 06 18 06 39 77 Du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

REQUIN BALEINE

Pour commander:

https://www.fenua-factory.com/les-animaux-marins/1991-decoration-murale-en-metal-requin-baleine-.html?utm_source=association+sharks+mission&utm_medium=partenariat&utm_campaign=requin+baleine

Décoration murale en métal – REQUIN BALEINE
Vous souhaitez apporter une touche d’originalité à votre maison, cette décoration murale design en métal sera l’objet idéal à l’intèrieur (pour votre salon, chambre, salle à manger…) comme à l’extèrieur (jardin, pool housse, mur de séparation, façade…).
Inspiré par mes passions, les Océans et la magie de la culture tribale Polynésienne.
CRÉATION ORIGINALE :
Pierre MARTINEZ (Artiste Tatoueur)
RÉALISATION :
« MADE IN FRANCE » à Sanary sur mer, dans le var.
DÉCORATION MURALE EN MÉTAL :
Disponible en 2 matières : Noir thermolaqué ou Inox brossé à la main
TAILLES STANDARDS DISPONIBLES :
S = 40 cm / M = 60 cm / L = 80 cm / XL = 100 cm
Taille « Sur Mesures » possible jusqu’à 4m sur simple contact
Par mail en passant par notre page « Nous Contacter » en choisissant service client ou par Téléphone au 06 18 06 39 77.
Épaisseur : 2 mm
UNE QUESTION À PROPOS DU PRODUIT ?
Nous sommes à votre disposition par téléphone au 06 18 06 39 77 Du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

 

GRAND REQUIN BLANC

Pour commander:

https://www.fenua-factory.com/les-animaux-marins/2624-decoration-murale-en-metal-requin-blanc.html?utm_source=association+sharks+mission&utm_medium=partenariat&utm_campaign=requin+blanc

Décoration murale en métal – REQUIN BLANC
Vous souhaitez apporter une touche d’originalité à votre maison, cette décoration murale design en métal sera l’objet idéal à l’intèrieur (pour votre salon, chambre, salle à manger…) comme à l’extèrieur (jardin, pool housse, mur de séparation, façade…).
Inspiré par mes passions, les Océans et la magie de la culture tribale Polynésienne.
CRÉATION ORIGINALE :
Pierre MARTINEZ (Artiste Tatoueur)
RÉALISATION :
« MADE IN FRANCE » à Sanary sur mer, dans le var.
DÉCORATION MURALE EN MÉTAL :
Disponible en 2 matières : Noir thermolaqué ou Inox brossé à la main
TAILLES STANDARDS DISPONIBLES :
S = 40 cm / M = 60 cm / L = 80 cm / XL = 100 cm
Taille « Sur Mesures » possible jusqu’à 4m sur simple contact
Par mail en passant par notre page « Nous Contacter » en choisissant service client ou par Téléphone au 06 18 06 39 77.
Épaisseur : 2 mm
UNE QUESTION À PROPOS DU PRODUIT ?
Nous sommes à votre disposition par téléphone au 06 18 06 39 77 Du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

STICKERS/AUTOCOLLANTS REQUIN MARTEAU

Pour commander :

https://www.fenua-factory.com/stickers-autocollants-noir-animaux-marin-/2409-stickers-autocollants-requin-marteau-noir-fond-transparent-3666292002350.html?utm_source=association+sharks+mission&utm_medium=partenariat&utm_campaign=requin+marteau+stickers

Stickers autocollants Requin Marteau noir fond transparent
Création originale :
Pierre MARTINEZ (Artiste Tatoueur)
Réalisation :
Sanary sur mer, dans le var en France
Stickers Autocollant :
Imprésion HD
Protection Anti UV
Tailles disponibles :
15 cm de long
Conseil pour la pose des stickers :
Vos stickers peuvent être appliqués sur une grande variété de support, à condition que ces derniers offrent une surface propre, sèche, lisse, non-poreuse et dépourvue de traces d’huile, de graisse, de cire, de silicone ou autres agents polluants.
Partez du principe que tous les supports sont pollués et doivent être nettoyés.

STICKERS/AUTOCOLLANTS GRAND REQUIN BLANC

 Pour commander:
https://www.fenua-factory.com/stickers-autocollants-noir-animaux-marin-/2603-stickers-autocollants-requin-marteau-noir-fond-transparent-3666292002282.html?utm_source=association+sharks+mission&utm_medium=partenariat&utm_campaign=requin+blanc+stickers

Stickers autocollants Requin Blanc noir fond transparent
Création originale :
Pierre MARTINEZ (Artiste Tatoueur)
Réalisation :
Sanary sur mer, dans le var en France
Stickers Autocollant :
Imprésion HD
Protection Anti UV
Tailles disponibles :
15 cm de long
Conseil pour la pose des stickers :
Vos stickers peuvent être appliqués sur une grande variété de support, à condition que ces derniers offrent une surface propre, sèche, lisse, non-poreuse et dépourvue de traces d’huile, de graisse, de cire, de silicone ou autres agents polluants.
Partez du principe que tous les supports sont pollués et doivent être nettoyés.

https://www.fenua-factory.com

Fenua Factory ® est une Marque Déposée
l’intégralité de ses créations sont déposées et protégées ©
Tous droits d’utilisation, de reproduction et d’exploitation
même partiel de ces Contenus sont réservés et soumis
à l’autorisation de Fenua Factory ®  2020

Quels sont les endroits les plus dangereux pour les requins ?

Quels sont les endroits les plus dangereux pour les requins ?

Beaucoup de gens ont peur des requins, mais ils sont en fait un élément très important de l’écosystème océanique. Saviez-vous que les noix de coco qui tombent sont en fait plus mortelles pour les humains que les requins ? Chaque année, des dizaines de millions de requins sont capturés par des navires de pêche (bateaux). Donc en fait, ils devraient avoir peur de nous. Et au lieu de les craindre, nous devrions les protéger – de nous-mêmes !

 

 

Nous avons voulu savoir où les requins sont le plus menacés par la pêche dans tous les océans du monde. Nous avons utilisé les données de suivi des requins et des navires de pêche pour créer des cartes des endroits où les requins ont vécu dans nos océans.
Les requins vivent dans nos océans depuis plus de 400 millions d’années. Ces animaux incroyables ont des formes et des tailles très variées, du requin-lanterne nain de 22 cm au requin-baleine de 18 m ! De nombreux requins sont des prédateurs supérieurs. Ils sont importants car ils maintiennent l’équilibre du réseau alimentaire et la santé des océans. Malheureusement, les dangers de la pêche et d’autres menaces (comme la pollution et le changement climatique) font que les populations de requins sont en difficulté.

Les requins peuvent vivre très vieux (le requin du Groenland peut vivre jusqu’à 400 ans !) et n’ont généralement que quelques bébés. Ils sont donc très vulnérables à la pêche, car leurs populations mettent beaucoup de temps à se reconstituer. Parfois, les requins se prennent accidentellement dans les engins de pêche. D’autres fois, ils sont pris délibérément.
En effet, il existe une demande mondiale pour les ailerons et la viande de requin. Avant les années 1950, la haute mer (zones de haute mer) était un endroit sûr pour les requins. Mais depuis, les grands navires de pêche se sont déplacées en haute mer. Des zones marines protégées (ZMP) existent souvent près de nos côtes et certaines protègent les requins de la pêche. Mais actuellement, seulement 1,18% de la haute mer est constituée de ZMP ! Heureusement, de nombreux pays se sont engagés à protéger 30 % des océans d’ici à 2030.

Nous avons trouvé les zones les plus dangereuses pour la nage des requins. Ces zones sont uniques pour les différentes espèces et les différents océans. Nous pouvons utiliser nos résultats pour dire aux personnes qui gèrent les mers comment protéger au mieux les requins et les autres espèces marines qui en dépendent.
Il existe plus de 500 espèces de requins différentes dans le monde aujourd’hui.

Nous voulions mieux comprendre où se trouvent les requins et les navires de pêche dans les océans du monde. Cela nous permettrait de donner des informations aux gouvernements et aux organisations de gestion de la pêche sur les meilleurs endroits où installer des AMP pour protéger les requins.

Nous avons soigneusement posé des balises d’émission par satellite (que nous appelons SAT) sur 23 espèces différentes de requins . Nous avons ainsi pu suivre les déplacements des requins en haute mer. Nous avons effectué cette opération sur l’ensemble du globe, de l’Atlantique à l’océan Indien, en passant par l’océan Pacifique.
La plupart de nos données de suivi des mouvements proviennent de 11 des 23 espèces de requins. Nous avons utilisé 1 804 balises au total ! Toutes ces balises nous ont permis de dresser une carte des endroits où les requins aiment se retrouver. C’est ce que nous appelons les « shark hotspots ».

Nous avons ensuite étudié les mouvements des navires de pêche à l’aide de systèmes d’identification automatique (ou AIS). Tous les navires dépassant une certaine longueur et un certain poids sont équipés de ces systèmes, qui permettent de suivre leurs déplacements.

Résultats

Nous avons constaté que de nombreuses espèces différentes de requins aiment passer leur temps aux mêmes endroits. Ces régions, comme le Gulf Stream ou les îles Galápagos, sont les principaux points d’attraction des requins !
Certaines régions (comme le sud-ouest de l’océan Indien) étaient très fréquentées par les navires de pêche, tandis que d’autres zones étaient très peu fréquentées.

Il y avait un chevauchement de 24 % entre les requins et les navires de pêche dans tous les océans (figure 2). Cette proportion varie selon les océans et les espèces de requins. Par exemple, le taux de chevauchement le plus élevé (76 %) pour le requin bleu se trouvait dans l’océan Atlantique Nord (figure 3). Un endroit risqué pour cette espèce !

Nous avons constaté que les requins passaient chaque année de 2 à 6 mois dans les régions les plus risquées. Cette situation était différente d’une espèce à l’autre.
Les requins et les navires de pêche se rendaient dans les mêmes zones car ces régions étaient très productives. Cela signifie qu’il y a beaucoup de poissons à manger pour les requins et à attraper pour les bateaux !

Nous avons ensuite pu combiner notre carte des points chauds pour les requins avec des informations sur l’emplacement des navires de pêche. Nous avons ensuite déterminé quand et où les requins et les navires de pêche se déplaçaient dans la même zone (chevauchement). Cela nous a conduit à des questions importantes, comme celles de savoir quelles espèces sont les plus menacées par la pêche et où se trouvent les endroits les plus risqués pour les requins.

Les endroits à éviter

De nombreuses activités de pêche ont lieu dans les zones les plus dangereuses pour les requins dans tous les océans du monde. Malheureusement, certaines espèces de requins sont en danger presque partout où elles se trouvent. Ces hotspots sont des zones très importantes pour de nombreuses espèces menacées – et doivent être protégés ! Nous avons réalisé les premières cartes des endroits où les requins et les navires de pêche se chevauchent à travers les mers.

L’une des façons de protéger les requins est d’utiliser des zones marines protégées (ZMP) à grande échelle. En utilisant nos cartes pour localiser les points chauds les plus importants pour les requins, nous pouvons demander aux gouvernements et aux organisations de gestion de la pêche de protéger ces points chauds de la pêche. Ainsi, moins de requins se prennent dans les lignes de pêche.

Il existe également des endroits où les requins se rendent, mais où la pêche est peu pratiquée. Il y a peut-être moins de poissons, et les requins ne restent donc pas dans ces endroits.
La haute mer peut sembler trop éloignée pour que vous puissiez faire la différence. Mais vous le pouvez ! De nombreux grands navires de pêche aiment attraper des thons. Malheureusement, ils capturent souvent des requins et d’autres espèces comme les raies manta, les baleines et les dauphins.

Si vous ou votre famille achetez du thon, essayez de trouver du thon « pole and line ». La pêche à la canne est le type de pêche le plus respectueux des requins et le plus durable.

À l’avenir, il pourrait être possible de suivre les mouvements des requins et des navires de pêche en temps réel ! Si nous parvenons à convaincre les organisations de gestion de la pêche, cela pourrait changer la donne en matière de protection des requins. Imaginez que de nombreux requins commencent à se nourrir dans une nouvelle zone. Nous pourrions rapidement mettre en place une nouvelle ZMP pour les protéger ! Cela signifierait moins de décès de requins en haute mer, ce qui aiderait les populations de requins à se reconstituer.
La pêche durable consiste à laisser suffisamment de poissons dans l’océan, à respecter les habitats et à faire en sorte que les personnes qui dépendent de la pêche puissent conserver leurs moyens de subsistance. Lorsque vous achetez du poisson durable, vous contribuez à protéger les requins et d’autres espèces lors de leurs déplacements dans les océans !

Authors : Nuno Queiroz, Nicolas E. Humphries, David W. Sims, and others
Associate Editors : Lois Flounders and Lindsay Martin
Traduction de Environnemental Journal of Science for Teens.

Partenariat avec l’artiste engagée Florence Tedeshi

Partenariat avec l’artiste engagée Florence Tedeshi

Florence est passionnée de découvertes culturelles et ethniques. Les voyages constituent ses principales  sources d’inspiration et ses toiles sont souvent des réponses aux émotions colorées, perçues lors de ses visites à travers le monde.

 

Florence Tedeschi

La découverte de la plongée sous-marine a été une vraie révélation, les paysages sous marins sont devenus pour elle une source d’inspiration quasiment inépuisable.

L’explosion de couleurs et la  prolifération des formes étrange du monde sous-marin, interpellent le regard et nous plonge dans un monde  fantastique.

Ses créations picturales, peintures et gravures, marquées par son expérience de designer textile, jouent avec  les formes et les couleurs qui s’imbriquent les unes dans les autres pour envahir l’espace tel un puzzle.

Florence vous entraîne dans son univers graphique comme dans un jeu. Dans un premier temps et dans un  geste rapide et spontané les lignes s’entrecroisent, s’enlacent, s’imbriquent, fusionnent pour venir  emprisonner la couleur afin de dialoguer avec elle et lui donner toute sa force.  

Découvrez ses oeuvres et la collection en développement en exclusivité pour Sharks Mission France.

Vous pouvez voir ses oeuvres dans son atelier parisien et sur son site internet www.art-flo.com et sur son compte Instagram Florence_Tedeschi. Interview dans plongée online.

Florence offre des designs dédiés à Sharks Mission France pour une nouvelle collection exclusive d’articles à acheter dans notre boutique web

Nous vous proposons de découvrir le 1er produit de cette collection : de superbes cartes postales vendues par paquet de 10. Comme tous vos achats en boutique SMF, vos achats permettent de financer l’impression de nos brochures informatives, et de sensibilisation offertes au public pour participer à agir autour de soi, l’organisation d’événements, de conférence… Disponibles sur la boutique SMF.

Sandra Bessudo, engagée pour protéger les requins

Sandra Bessudo, engagée pour protéger les requins

Sandra Bessudo, créatrice de la Fondation Malpelo en Colombie. Portrait de cette biologiste profondément engagée dans ses combats pour la préservation de la vie marine que le  Président colombien a nommée Ministre de l’Environnement en août 2010, avant d’être conseillère du vice-président de la République de Colombie sur les Océans.

 

Sandra Bessudo © DR

Malpelo. Une île de 1,5 Km2 située à 490 kms à l’ouest de la côte de Buenaventura dans l’Océan Pacifique de Colombie. Une île rare, d’origine volcanique, où convergent les alizés des hémisphères nord et sud.

Les eaux de ces îles colombiennes, dont Malpelo, accueillent des centaines de requins marteau qui viennent ici se reproduire ainsi que plus de 76 autres espèces de requins, 17 mammifères marins menacés, de nombreuses espèces d’oiseaux en danger, des tortues, des poissons et des coraux qui figurent sur la Liste rouge del’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Malpelo, parmi l’extraordinaire biodiversité des mers autour de la Colombie, n’est qu’un petit point dans le paysage océanique, petit point qui a acquis une renommée mondiale en tant que sanctuaire de la vie marine. Et ceci grâce, en grande partie, à
l’action de Sandra Bessudo, biologiste marine francocolombienne, spécialiste des requins, qui découvre le site en 1989 et décide de se battre pour le protéger.

Les combats de Sandra

En 1999, elle créé la Fondation de Malpelo, qui se consacre à la préservation de la diversité marine colombienne. La Fondation a joué un rôle important dans la désignation de Malpelo comme Patrimoine Naturel de l’Humanité, le 12 juillet 2006. Aujourd’hui, la Fondation appuie directement les autorités du parc national dans leur gestion et fait prendre conscience de la vie marine dans les écoles et au public. Car pour sauver l’avenir de ce site unique, et préserver les requins, elle n’a pas hésité à affronter, puis convaincre les pêcheurs locaux :

“Au sommet de la pyramide alimentaire, les requins participent à la bonne santé des océans et à celle des poissons. Or, les bancs de Malpelo  (requins-marteaux, soyeux…) sont parmi les plus importants de la planète. Le site est donc convoité par les pêcheurs d’ailerons (shark finning) du monde entier. Je me
suis battue contre cette pêche meurtrière, tout en essayant d’éduquer les pêcheurs et
de faire connaître les requins à tous”.

Sandra Bessudo à Malpelo © DR

Avec ses 8575 km2, l’île de Malpelo est aujourd’hui la neuvième plus grande zone marine protégée du monde. C’est aussi à Malpelo que Sandra, en 2000, a découvert une nouvelle espèce de requin d’eau profonde : le Odontaspis ferox.

Diplômée en Biologie Marine de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) ; avec un Master en Sciences de la Vie et de la Terre à Perpignan (France) ; plongeur professionnel avec plus de 7000 immersions ; expert en photographie et en  vidéo sous-marine, Sandra Bessudo est une professionnelle très engagée à la conservation de la biodiversité marine et la protection de l’environnement. Elle est actuellement Directrice de la Fondation Malpelo et d’autres écosystèmes marins.

 

Mme. Bessudo fut motrice active dans la création du Sanctuaire de Faune et Flore Île Malpelo, comme Aire Protégée du Système de Parcs Nationaux de la Colombie en 1995. Dû aux difficultés en matière de ressources humaines et financiers pour l’Aire Marine, Sandra Bessudo a créé la Fondation Malpeloet autres Écosystèmes Marins en 1999. En tant que Directrice de cette Organisation, ellea réalisé le Plan de Gestion de l’Aire Protégée; elle a renforcé et coordonné les actions des différents acteurs (institutions gouvernementales, les universités, les ONG, le secteur privé, et les instituts de recherche) pour mettre en œuvre le Plan. Grâce à sa gestion sans précédents, l’Île a été cataloguée en 2002 comme “Zone Particulièrement Sensible » auprès de l’Organisation Maritime Internationale (OMI),et comme un Site de Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO en 1996.

Mme. Bessudo a promue et coordonnée la signature du Gouvernement Colombien de l’Accord de San José en 2004, par lequel a été créé le Corridor Marin de Conservation du Pacifique Est Tropical (CMAR). En 1997, elle a réussi la création du premier fonds patrimonial exclusivement pour l’Aire Protégée, et avec les ressources d’autres projets, elle a obtenu deux navires qui ont été livrés au corps garde-côtes de la Colombie pour réaliser, en collaboration avec Parcs Nationaux Naturels de la Colombie, le contrôle et surveillance du Sanctuaire afin de lutter contre la pêche illégale. Depuis lors, Mme. Bessudo travaille en faveur de cette cause, dans le but de renforcer les capacités institutionnelles et de la coopération  avec l’Équateur et le Costa Rica.

Sandra est reconnue pour son travail dans la recherche et la conservation des océans. Elle a mené de nombreuses expéditions scientifiques et de projets de recherche, en particulier, celles liés à la télémétrie acoustique et de satellite pour les requins. Elle a également travaillé dans la promotion des Séminaires de la Science et la Technologie de la Mer (SENALMAR), conjointement avec le Secrétariat de la Commission Colombienne de l’Océan.

Sandra Bessudo a conseillé et participé dans diverses publications scientifiques et livres.De même, elle a été présentatrice de l’émission de télévision culturelle « Al Filo de la Navaja » (Señal Colombia), ainsi que d’autres documentaires de qui ont reçu des prix dans le cadre d’importants salons internationaux.

Mme. Bessudo fut conseillère à l’Exposition Internationale Expolisboa 98 « La Colombie, Patrie de Trois Mères », du Ministère des Affaires Étrangères, où elle a travaillé sur un documentaire en trois dimensions (projet Hermes avec l’Université des Andes) et un livre sur les océans, ainsi qu’elle a coordonné les Ateliers et Cycles de Conférences dans le domaine des côtes du Pacifique, des Caraïbes et de l’Amazonie.

Instructrice de plongée depuis 1990, Sandra a créé les services de plongée au Club El Nogal et l’Agence de Voyage Aviatur à Bogotá. Elle a suivi la formation pour l’utilisation de perceuse et vérin sous-marins, dont elle s’est servie pour installer plusieurs bouées pour amarrer les bateaux sur le Parc National Isla Corales del Rosario (Colombie) et  Los Roques au Venezuela. Elle a dirigé la création de récifs artificiels dans la Côte Caraïbe de la Colombie et elle a suivi la formation en tant que pilote de sous-marin touristique aux Îles de San Andres.

Sandra a connu les océans du monde, ce qui lui a permis d’apprendre des divers écosystèmes et espèces qui habitent les eaux du Pacifique, des Caraïbes, de l’Indo Pacifique, du Pacifique Indien, et de la Mer Méditerranée. Cette vision globale et large a donné à Mme. Bessudo une reconnaissance internationale et nationale autour du travail en faveur de la conservation et la protection des Aires Marines Protégées. Elle fut invitée à plusieurs réunions de haut niveau du Congrès International d’Aires Marines Protégées (IMPAC).

Parmi ses distinctions, Sandra Bessudo a reçu la Médaille de l’Institut Océanographique-2014 octroyée par le Conseil d’Administration de l’Institut Océanographique de la Fondation Albert 1° Prince de Monaco; la Médaille de Services Distinguées de la Direction Générale Maritime et de l’Armée Nationale;le Prix Conscience de la Biosfère 2011 octroyépar la Mairie de Mariquita (Colombie) et de Cadiz (Espagne) ; l’Ordre Civile du Mérite Environnementale  » Thomas van der Hammen » Degré Grande Croix d’Or, octroyée dans le siège du Parlement de la République et attribuée par le Conseil Supérieur des ONG Environnementales en Juin 2011; le Prix 2010 aux Femmes Remarquables, octroyé  par le Sénat de France et la Fédération Femme 3000, parmi beaucoup d’autres qui ont été octroyés en Colombie et à l’étranger.

La Colombie a décrété interdire le pêche au requin à 100% début janvier 2021 afin de freiner la commercialisation des ailerons de requins , un commerce illégal international .

Sandra Bessudo nous fera l’honneur d’animer une conférence en Facebook live sur la page de SHARKS MISSION FRANCE le vendredi 30 avril à 20h  . Nous remercions Sandra Bessudo d’avoir répondu à notre invitation et  d’avoir pû nous trouver ce jour et créneau horaire dans son emploi du temps surchargé , pour parler depuis le page de SMF , de son travail quotidien avec les requins et pour les sauvegarder.

Source : Femmes 3000 et Fondation Malpelo avec son accord.