Partenariat avec Barbadiving – Code promo exclusif pour les followers SMF

Partenariat avec Barbadiving – Code promo exclusif pour les followers SMF

L’association Sharks Mission France (SMF) est heureuse  de vous annoncer son partenariat avec BARBADIVING. Barbadiving est une jeune entreprise dynamique de la Côte d’Azur. Basés dans une région baignée de soleil et touristique, ses fondateurs ont travaillé plusieurs années dans le tourisme nautique et la plongée sous-marine.

 

Confronté aux problématiques de la protection solaire et de la pollution de la mer Méditerranée, l’équipe de Barbadiving s’est donné pour mission de changer la donne avec ses solutions textiles innovantes.

Grâce à ses t-shirts lycra haute protection solaire, les utilisateurs peuvent enfin profiter de leurs activités nautiques préférées sans écran solaire toxique pour la faune marine et faire l’économie de nombreux flacons plastiques qui ne finiront pas aux fonds des océans. Pour en savoir plus et commander : http://www.barbasun.fr

OFFRE EXCLUSIVE POUR LES FOLLOWERS SMF sur les lycras BARBASUN : 5 euros de réduction avec le code SMFBARBASUN et livraison gratuite ! 19,90 euros au lieu de 24,90 euros ! De quoi équiper et protéger les jeunes efficacement du soleil dès à présent  !

Les produits :

Quels sont les endroits les plus dangereux pour les requins ?

Quels sont les endroits les plus dangereux pour les requins ?

Beaucoup de gens ont peur des requins, mais ils sont en fait un élément très important de l’écosystème océanique. Saviez-vous que les noix de coco qui tombent sont en fait plus mortelles pour les humains que les requins ? Chaque année, des dizaines de millions de requins sont capturés par des navires de pêche (bateaux). Donc en fait, ils devraient avoir peur de nous. Et au lieu de les craindre, nous devrions les protéger – de nous-mêmes !

 

 

Nous avons voulu savoir où les requins sont le plus menacés par la pêche dans tous les océans du monde. Nous avons utilisé les données de suivi des requins et des navires de pêche pour créer des cartes des endroits où les requins ont vécu dans nos océans.
Les requins vivent dans nos océans depuis plus de 400 millions d’années. Ces animaux incroyables ont des formes et des tailles très variées, du requin-lanterne nain de 22 cm au requin-baleine de 18 m ! De nombreux requins sont des prédateurs supérieurs. Ils sont importants car ils maintiennent l’équilibre du réseau alimentaire et la santé des océans. Malheureusement, les dangers de la pêche et d’autres menaces (comme la pollution et le changement climatique) font que les populations de requins sont en difficulté.

Les requins peuvent vivre très vieux (le requin du Groenland peut vivre jusqu’à 400 ans !) et n’ont généralement que quelques bébés. Ils sont donc très vulnérables à la pêche, car leurs populations mettent beaucoup de temps à se reconstituer. Parfois, les requins se prennent accidentellement dans les engins de pêche. D’autres fois, ils sont pris délibérément.
En effet, il existe une demande mondiale pour les ailerons et la viande de requin. Avant les années 1950, la haute mer (zones de haute mer) était un endroit sûr pour les requins. Mais depuis, les grands navires de pêche se sont déplacées en haute mer. Des zones marines protégées (ZMP) existent souvent près de nos côtes et certaines protègent les requins de la pêche. Mais actuellement, seulement 1,18% de la haute mer est constituée de ZMP ! Heureusement, de nombreux pays se sont engagés à protéger 30 % des océans d’ici à 2030.

Nous avons trouvé les zones les plus dangereuses pour la nage des requins. Ces zones sont uniques pour les différentes espèces et les différents océans. Nous pouvons utiliser nos résultats pour dire aux personnes qui gèrent les mers comment protéger au mieux les requins et les autres espèces marines qui en dépendent.
Il existe plus de 500 espèces de requins différentes dans le monde aujourd’hui.

Nous voulions mieux comprendre où se trouvent les requins et les navires de pêche dans les océans du monde. Cela nous permettrait de donner des informations aux gouvernements et aux organisations de gestion de la pêche sur les meilleurs endroits où installer des AMP pour protéger les requins.

Nous avons soigneusement posé des balises d’émission par satellite (que nous appelons SAT) sur 23 espèces différentes de requins . Nous avons ainsi pu suivre les déplacements des requins en haute mer. Nous avons effectué cette opération sur l’ensemble du globe, de l’Atlantique à l’océan Indien, en passant par l’océan Pacifique.
La plupart de nos données de suivi des mouvements proviennent de 11 des 23 espèces de requins. Nous avons utilisé 1 804 balises au total ! Toutes ces balises nous ont permis de dresser une carte des endroits où les requins aiment se retrouver. C’est ce que nous appelons les « shark hotspots ».

Nous avons ensuite étudié les mouvements des navires de pêche à l’aide de systèmes d’identification automatique (ou AIS). Tous les navires dépassant une certaine longueur et un certain poids sont équipés de ces systèmes, qui permettent de suivre leurs déplacements.

Résultats

Nous avons constaté que de nombreuses espèces différentes de requins aiment passer leur temps aux mêmes endroits. Ces régions, comme le Gulf Stream ou les îles Galápagos, sont les principaux points d’attraction des requins !
Certaines régions (comme le sud-ouest de l’océan Indien) étaient très fréquentées par les navires de pêche, tandis que d’autres zones étaient très peu fréquentées.

Il y avait un chevauchement de 24 % entre les requins et les navires de pêche dans tous les océans (figure 2). Cette proportion varie selon les océans et les espèces de requins. Par exemple, le taux de chevauchement le plus élevé (76 %) pour le requin bleu se trouvait dans l’océan Atlantique Nord (figure 3). Un endroit risqué pour cette espèce !

Nous avons constaté que les requins passaient chaque année de 2 à 6 mois dans les régions les plus risquées. Cette situation était différente d’une espèce à l’autre.
Les requins et les navires de pêche se rendaient dans les mêmes zones car ces régions étaient très productives. Cela signifie qu’il y a beaucoup de poissons à manger pour les requins et à attraper pour les bateaux !

Nous avons ensuite pu combiner notre carte des points chauds pour les requins avec des informations sur l’emplacement des navires de pêche. Nous avons ensuite déterminé quand et où les requins et les navires de pêche se déplaçaient dans la même zone (chevauchement). Cela nous a conduit à des questions importantes, comme celles de savoir quelles espèces sont les plus menacées par la pêche et où se trouvent les endroits les plus risqués pour les requins.

Les endroits à éviter

De nombreuses activités de pêche ont lieu dans les zones les plus dangereuses pour les requins dans tous les océans du monde. Malheureusement, certaines espèces de requins sont en danger presque partout où elles se trouvent. Ces hotspots sont des zones très importantes pour de nombreuses espèces menacées – et doivent être protégés ! Nous avons réalisé les premières cartes des endroits où les requins et les navires de pêche se chevauchent à travers les mers.

L’une des façons de protéger les requins est d’utiliser des zones marines protégées (ZMP) à grande échelle. En utilisant nos cartes pour localiser les points chauds les plus importants pour les requins, nous pouvons demander aux gouvernements et aux organisations de gestion de la pêche de protéger ces points chauds de la pêche. Ainsi, moins de requins se prennent dans les lignes de pêche.

Il existe également des endroits où les requins se rendent, mais où la pêche est peu pratiquée. Il y a peut-être moins de poissons, et les requins ne restent donc pas dans ces endroits.
La haute mer peut sembler trop éloignée pour que vous puissiez faire la différence. Mais vous le pouvez ! De nombreux grands navires de pêche aiment attraper des thons. Malheureusement, ils capturent souvent des requins et d’autres espèces comme les raies manta, les baleines et les dauphins.

Si vous ou votre famille achetez du thon, essayez de trouver du thon « pole and line ». La pêche à la canne est le type de pêche le plus respectueux des requins et le plus durable.

À l’avenir, il pourrait être possible de suivre les mouvements des requins et des navires de pêche en temps réel ! Si nous parvenons à convaincre les organisations de gestion de la pêche, cela pourrait changer la donne en matière de protection des requins. Imaginez que de nombreux requins commencent à se nourrir dans une nouvelle zone. Nous pourrions rapidement mettre en place une nouvelle ZMP pour les protéger ! Cela signifierait moins de décès de requins en haute mer, ce qui aiderait les populations de requins à se reconstituer.
La pêche durable consiste à laisser suffisamment de poissons dans l’océan, à respecter les habitats et à faire en sorte que les personnes qui dépendent de la pêche puissent conserver leurs moyens de subsistance. Lorsque vous achetez du poisson durable, vous contribuez à protéger les requins et d’autres espèces lors de leurs déplacements dans les océans !

Authors : Nuno Queiroz, Nicolas E. Humphries, David W. Sims, and others
Associate Editors : Lois Flounders and Lindsay Martin
Traduction de Environnemental Journal of Science for Teens.

Aldo Ferrucci, nouvel ambassadeur SMF

Aldo Ferrucci, nouvel ambassadeur SMF

L’association Sharks Mission France est très honorée d’accueillir parmi ses ambassadeurs, le plongeur instructeur et homme d’images bien connu : Aldo Ferrucci.

 

Je m’appelle Aldo Ferrucci. Je suis italien et je suis instructeur de plongée professionnel. J’ai commencé la plongée quand j’étais assez jeune, en tant que plongeur libre. C’était facile pour moi puisque je vivais au bord de la mer. Je devais juste prendre mon masque, mes palmes et disparaître sous l’eau.

À 18 ans, on m’a proposé un petit travail: nettoyer la coque d’un bateau. C’est alors que j’ai mis des bouteilles de plongée sur mon dos pour la toute première fois. A partir de ce moment, j’ai commencé à plonger régulièrement. Quelques années plus tard, j’ai obtenu ma première certification et j’ai continué à me former.
À l’époque, c’était encore un passe-temps, pas une carrière.
Quand j’ai eu 35 ans, c’est devenu mon activité principale. J’ai découvert le Nitrox, le Trimix et les recycleurs pendant que je voyageais au principal salon de la plongée (DIMA) à la Nouvelle-Orléans. J’étais accro. J’ai commencé à plonger avec Nitrox, puis avec Trimix et j’ai suivi un cours sur un recycleur Dolphin en circuit semi-fermé en 1995. J’ai eu la chance de participer à de grands projets cinématographiques et télévisuels en tant que directeur de plongée sur des sites aux conditions spécifiques. »
Aldo nous fera le plaisir d’animer une conférence en live le dimanche 25 avril 2021 sur la page Facebook de SMF :
Interview Salon de La Plongée 2018 par Plongée Infos :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=138&v=gy72BGR3LfA&feature=emb_logo

Article dans le blog Different Dive :

https://differentdive.com/aldo-ferrucci/

 

 

 

Partenariat avec l’artiste engagée Florence Tedeshi

Partenariat avec l’artiste engagée Florence Tedeshi

Florence est passionnée de découvertes culturelles et ethniques. Les voyages constituent ses principales  sources d’inspiration et ses toiles sont souvent des réponses aux émotions colorées, perçues lors de ses visites à travers le monde.

 

Florence Tedeschi

La découverte de la plongée sous-marine a été une vraie révélation, les paysages sous marins sont devenus pour elle une source d’inspiration quasiment inépuisable.

L’explosion de couleurs et la  prolifération des formes étrange du monde sous-marin, interpellent le regard et nous plonge dans un monde  fantastique.

Ses créations picturales, peintures et gravures, marquées par son expérience de designer textile, jouent avec  les formes et les couleurs qui s’imbriquent les unes dans les autres pour envahir l’espace tel un puzzle.

Florence vous entraîne dans son univers graphique comme dans un jeu. Dans un premier temps et dans un  geste rapide et spontané les lignes s’entrecroisent, s’enlacent, s’imbriquent, fusionnent pour venir  emprisonner la couleur afin de dialoguer avec elle et lui donner toute sa force.  

Découvrez ses oeuvres et la collection en développement en exclusivité pour Sharks Mission France.

Vous pouvez voir ses oeuvres dans son atelier parisien et sur son site internet www.art-flo.com et sur son compte Instagram Florence_Tedeschi. Interview dans plongée online.

Florence offre des designs dédiés à Sharks Mission France pour une nouvelle collection exclusive d’articles à acheter dans notre boutique web

Nous vous proposons de découvrir le 1er produit de cette collection : de superbes cartes postales vendues par paquet de 10. Comme tous vos achats en boutique SMF, vos achats permettent de financer l’impression de nos brochures informatives, et de sensibilisation offertes au public pour participer à agir autour de soi, l’organisation d’événements, de conférence… Disponibles sur la boutique SMF.

Sandra Bessudo, engagée pour protéger les requins

Sandra Bessudo, engagée pour protéger les requins

Sandra Bessudo, créatrice de la Fondation Malpelo en Colombie. Portrait de cette biologiste profondément engagée dans ses combats pour la préservation de la vie marine que le  Président colombien a nommée Ministre de l’Environnement en août 2010, avant d’être conseillère du vice-président de la République de Colombie sur les Océans.

 

Sandra Bessudo © DR

Malpelo. Une île de 1,5 Km2 située à 490 kms à l’ouest de la côte de Buenaventura dans l’Océan Pacifique de Colombie. Une île rare, d’origine volcanique, où convergent les alizés des hémisphères nord et sud.

Les eaux de ces îles colombiennes, dont Malpelo, accueillent des centaines de requins marteau qui viennent ici se reproduire ainsi que plus de 76 autres espèces de requins, 17 mammifères marins menacés, de nombreuses espèces d’oiseaux en danger, des tortues, des poissons et des coraux qui figurent sur la Liste rouge del’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Malpelo, parmi l’extraordinaire biodiversité des mers autour de la Colombie, n’est qu’un petit point dans le paysage océanique, petit point qui a acquis une renommée mondiale en tant que sanctuaire de la vie marine. Et ceci grâce, en grande partie, à
l’action de Sandra Bessudo, biologiste marine francocolombienne, spécialiste des requins, qui découvre le site en 1989 et décide de se battre pour le protéger.

Les combats de Sandra

En 1999, elle créé la Fondation de Malpelo, qui se consacre à la préservation de la diversité marine colombienne. La Fondation a joué un rôle important dans la désignation de Malpelo comme Patrimoine Naturel de l’Humanité, le 12 juillet 2006. Aujourd’hui, la Fondation appuie directement les autorités du parc national dans leur gestion et fait prendre conscience de la vie marine dans les écoles et au public. Car pour sauver l’avenir de ce site unique, et préserver les requins, elle n’a pas hésité à affronter, puis convaincre les pêcheurs locaux :

“Au sommet de la pyramide alimentaire, les requins participent à la bonne santé des océans et à celle des poissons. Or, les bancs de Malpelo  (requins-marteaux, soyeux…) sont parmi les plus importants de la planète. Le site est donc convoité par les pêcheurs d’ailerons (shark finning) du monde entier. Je me
suis battue contre cette pêche meurtrière, tout en essayant d’éduquer les pêcheurs et
de faire connaître les requins à tous”.

Sandra Bessudo à Malpelo © DR

Avec ses 8575 km2, l’île de Malpelo est aujourd’hui la neuvième plus grande zone marine protégée du monde. C’est aussi à Malpelo que Sandra, en 2000, a découvert une nouvelle espèce de requin d’eau profonde : le Odontaspis ferox.

Diplômée en Biologie Marine de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) ; avec un Master en Sciences de la Vie et de la Terre à Perpignan (France) ; plongeur professionnel avec plus de 7000 immersions ; expert en photographie et en  vidéo sous-marine, Sandra Bessudo est une professionnelle très engagée à la conservation de la biodiversité marine et la protection de l’environnement. Elle est actuellement Directrice de la Fondation Malpelo et d’autres écosystèmes marins.

 

Mme. Bessudo fut motrice active dans la création du Sanctuaire de Faune et Flore Île Malpelo, comme Aire Protégée du Système de Parcs Nationaux de la Colombie en 1995. Dû aux difficultés en matière de ressources humaines et financiers pour l’Aire Marine, Sandra Bessudo a créé la Fondation Malpeloet autres Écosystèmes Marins en 1999. En tant que Directrice de cette Organisation, ellea réalisé le Plan de Gestion de l’Aire Protégée; elle a renforcé et coordonné les actions des différents acteurs (institutions gouvernementales, les universités, les ONG, le secteur privé, et les instituts de recherche) pour mettre en œuvre le Plan. Grâce à sa gestion sans précédents, l’Île a été cataloguée en 2002 comme “Zone Particulièrement Sensible » auprès de l’Organisation Maritime Internationale (OMI),et comme un Site de Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO en 1996.

Mme. Bessudo a promue et coordonnée la signature du Gouvernement Colombien de l’Accord de San José en 2004, par lequel a été créé le Corridor Marin de Conservation du Pacifique Est Tropical (CMAR). En 1997, elle a réussi la création du premier fonds patrimonial exclusivement pour l’Aire Protégée, et avec les ressources d’autres projets, elle a obtenu deux navires qui ont été livrés au corps garde-côtes de la Colombie pour réaliser, en collaboration avec Parcs Nationaux Naturels de la Colombie, le contrôle et surveillance du Sanctuaire afin de lutter contre la pêche illégale. Depuis lors, Mme. Bessudo travaille en faveur de cette cause, dans le but de renforcer les capacités institutionnelles et de la coopération  avec l’Équateur et le Costa Rica.

Sandra est reconnue pour son travail dans la recherche et la conservation des océans. Elle a mené de nombreuses expéditions scientifiques et de projets de recherche, en particulier, celles liés à la télémétrie acoustique et de satellite pour les requins. Elle a également travaillé dans la promotion des Séminaires de la Science et la Technologie de la Mer (SENALMAR), conjointement avec le Secrétariat de la Commission Colombienne de l’Océan.

Sandra Bessudo a conseillé et participé dans diverses publications scientifiques et livres.De même, elle a été présentatrice de l’émission de télévision culturelle « Al Filo de la Navaja » (Señal Colombia), ainsi que d’autres documentaires de qui ont reçu des prix dans le cadre d’importants salons internationaux.

Mme. Bessudo fut conseillère à l’Exposition Internationale Expolisboa 98 « La Colombie, Patrie de Trois Mères », du Ministère des Affaires Étrangères, où elle a travaillé sur un documentaire en trois dimensions (projet Hermes avec l’Université des Andes) et un livre sur les océans, ainsi qu’elle a coordonné les Ateliers et Cycles de Conférences dans le domaine des côtes du Pacifique, des Caraïbes et de l’Amazonie.

Instructrice de plongée depuis 1990, Sandra a créé les services de plongée au Club El Nogal et l’Agence de Voyage Aviatur à Bogotá. Elle a suivi la formation pour l’utilisation de perceuse et vérin sous-marins, dont elle s’est servie pour installer plusieurs bouées pour amarrer les bateaux sur le Parc National Isla Corales del Rosario (Colombie) et  Los Roques au Venezuela. Elle a dirigé la création de récifs artificiels dans la Côte Caraïbe de la Colombie et elle a suivi la formation en tant que pilote de sous-marin touristique aux Îles de San Andres.

Sandra a connu les océans du monde, ce qui lui a permis d’apprendre des divers écosystèmes et espèces qui habitent les eaux du Pacifique, des Caraïbes, de l’Indo Pacifique, du Pacifique Indien, et de la Mer Méditerranée. Cette vision globale et large a donné à Mme. Bessudo une reconnaissance internationale et nationale autour du travail en faveur de la conservation et la protection des Aires Marines Protégées. Elle fut invitée à plusieurs réunions de haut niveau du Congrès International d’Aires Marines Protégées (IMPAC).

Parmi ses distinctions, Sandra Bessudo a reçu la Médaille de l’Institut Océanographique-2014 octroyée par le Conseil d’Administration de l’Institut Océanographique de la Fondation Albert 1° Prince de Monaco; la Médaille de Services Distinguées de la Direction Générale Maritime et de l’Armée Nationale;le Prix Conscience de la Biosfère 2011 octroyépar la Mairie de Mariquita (Colombie) et de Cadiz (Espagne) ; l’Ordre Civile du Mérite Environnementale  » Thomas van der Hammen » Degré Grande Croix d’Or, octroyée dans le siège du Parlement de la République et attribuée par le Conseil Supérieur des ONG Environnementales en Juin 2011; le Prix 2010 aux Femmes Remarquables, octroyé  par le Sénat de France et la Fédération Femme 3000, parmi beaucoup d’autres qui ont été octroyés en Colombie et à l’étranger.

La Colombie a décrété interdire le pêche au requin à 100% début janvier 2021 afin de freiner la commercialisation des ailerons de requins , un commerce illégal international .

Sandra Bessudo nous fera l’honneur d’animer une conférence en Facebook live sur la page de SHARKS MISSION FRANCE le vendredi 30 avril à 20h  . Nous remercions Sandra Bessudo d’avoir répondu à notre invitation et  d’avoir pû nous trouver ce jour et créneau horaire dans son emploi du temps surchargé , pour parler depuis le page de SMF , de son travail quotidien avec les requins et pour les sauvegarder.

Source : Femmes 3000 et Fondation Malpelo avec son accord.