Petit requin taupe

Trombinoscope
Longueur en mètres
4
Type de reproduction
vivipare aplacentaire
Rapports avec l’homme
Inoffensif ou potentiellement dangereux du fait de sa taille
Habitat
Pélagique

Ordre : LAMNIFORMES
Famille : LAMNIDES
Nom Français : Petit requin taupe
Autres Noms : requin-maquereau
Nom Anglais : Longfin mako shark
Il est à la fois pélagique et côtier. C’est un grand requin au corps fusiforme, au museau court et arrondi. Sa longue bouche arrondie est pourvue de dents antérieurs triangulaires, longues et pointues.
Sa première nageoire dorsale bien développée, la seconde, presque opposée à l’anale, est très petite. Sa caudale a la forme d’un croissant, avec une petite carène secondaire médiane, parallèle à une autre, plus forte, qui atteint le pédoncule caudal. Ses nageoires pectorales sont larges , plus longues que sa tête.
Il se nourrit de poissons et de céphalopodes.

Le  petit requin-taupe  ( Isurus paucus ) fait partie des cinq membres de la famille des Lamnidae, qui comprend le requin-taupe bleu, le grand requin blanc, le requin taupe commun et le requin saumon. À la fois en taille et en apparence, il ressemble beaucoup à son espèce sœur, le requin mako, bien que cette espèce particulière puisse croître  plus  (plus de 4 mètres), soit de construction plus mince et possède des nageoires pectorales plus longues et plus larges. Cette morphologie différente suggère un style de vie plus lent et moins actif pour le mako longfin, bien que ce soit toujours un nageur très puissant et profilé . Comme les autres requins lamnides, le requin-taupe bleu possède un museau pointu, une queue en forme de croissant avec des carènes prononcées et une physiologie efficace d’échange de chaleur et de rétention (rete mirabilia).

Par rapport au requin mako, le  petit requin-taupe est une espèce peu commune et mal connue. Décrit en 1966 par le spécialiste des sciences de la mer cubain Dario Guitart Manday, il a été désigné par les noms d’espèce paucus , ce qui signifie peu en latin, en référence à la rareté de cette espèce par rapport au requin-taupe bleu. On pense qu’il occupe une distribution cosmopolite similaire dans les eaux tropicales et tempérées chaudes à celle du requin-taupe bleu (requin mako), mais en raison des enregistrements sporadiques, d’une faible abondance et de la confusion avec ses espèces sœurs plus communes, la distribution complète reste incertaine. C’est un habitant de la haute mer et on le trouve généralement à des profondeurs comprises entre 110 et 220 mètres, à la limite épipélagique-mésopélagique; on le voit rarement à des profondeurs supérieures à 90 mètres. On pense qu’il est migrateur dans son aire de répartition tropicale océanique , mais des schémas de déplacement spécifiques n’ont pas encore été identifiés.

Le petit requin taupe , comme les autres requins lamnides, est un vivipare aplacentaire, ce qui signifie que les embryons éclosent des œufs à l’intérieur de l’utérus et naissent vivants.

 Les femelles sexuellement matures donnent généralement naissance à deux petits à la fois avant que les jeunes fœtus soient soutenus par des œufs non viables dans l’utérus (comportement connu sous le nom de oophagie). Cette faible fécondité, ainsi que la maturité sexuelle tardive, la faible abondance et les pressions croissantes exercées par les pêcheries océaniques, font de cette espèce une préoccupation particulière en matière de conservation; le requin figure actuellement sur la liste des espèces vulnérables de la liste rouge des espèces menacées de l’UICN et de l’ annexe I de l’UNCLOS , annexe I de la CMS.

Mémorandum d’accord sur les requins migrateurs et l’Annexe II de la CMS. Le requin est généralement capturé comme prise accessoire dans les pêcheries palangrières pélagiques tropicales pour le thon, l’espadon et le requin, ainsi que dans les pêcheries au filet maillant, les lignes à la ligne et autres pêcheries océaniques ancrées dans son aire de répartition. Bien que la viande soit considérée comme de mauvaise qualité et de faible valeur commerciale, les nageoires ont encore une valeur suffisante pour en valoir le prix. Bien que très nécessaire, il existe actuellement peu ou pas de mesures de conservation pour cette espèce. Proposé en inscription Annexe 2 de la Cites COP18 23 mai au 3 juin 2019