shark-finning2

Lettre ouverte au président des Açores à lire absolument et pétition à signer pour appuyer nos demandes

Sharks Mission France est engagé comme 27 autres ONG internationales  et 14 centres  de plongée des Açores  pour que le président  de l’archipel des neufs iles des Açores s’engage à protéger la vie marine , les requins et notamment les requins peaux bleus . Aujourd’hui, les flottes palangrieres espagnoles et portugaises continuent à décimer les peaux bleus, les marlins, les requins renards, les requins marteaux,… dans les aires protégées et en violation de la loi  . Ceux qui sont les plus péchés, sont les peaux bleues  souvent très jeunes . Il faut que celà cesse !!! .

Nous vous laissons lire  en entier meme si c’est un peu long,  la lettre adressée au président des Açores et ses ministres et dont SHARKPROJECT est à l’initiative, et dont nous sommes co signataires  .

Vous y  lirez  des faits édifiants !

 

Nous vous remercions  également de signer  cette pétition et de la partager  pour faire  bouger les lignes :https://www.openpetition.eu/petition/online/open-letter-to-the-president-of-the-azores

 

Traduction de la lettre adressée au président des  Açores et co-signée  par :

AGA ,   BLUE SHARK,   BLUE SPHERE FOUNDATION   ,CREMA,   DEUTSCHE STIFTUNG MEERESSCHUTZ,   DIVERS FOR SHARKS,    THE DOLPHIN VOICE,   EQUILIBRIO AZUL,    FAIR FISH,    FINS ATTACHED,  FISH ACT,  FUNDATION MALPELO,    GRD,   THE GLOBAL SHARK CONSERVATION INITIATIVE,   GREENPEACE,   NEKTOS,   MUNDUS MARIS, OCEAN CARE,   OPS,   SEALEGACY,   SEA SHEPHERD,   SHARK ANGELS,   SEI ,   SHARKS MISSION FRANCE,       SHARK SAVERS GERMANY,   STOP FINNING,   WILDTRUST .

clubs de plongée signataires: AZORES  SUB DIVE CENTER , AOMA, BEST SPOT , EPERITO AZUL, MAR VILA, OCTOPUS, WATER AND WIND, WAHOO DIVING PORTOSANTO SUB, MANTA DIVING MADEIRA, MERO DIVING CENTER, PORTO SANTO DIVING CENTER , RHEA DIVE , DIVING CENTER ATALAIA

 

« Monsieur Vasco Alves Cordeiro, 

C’est avec une profonde inquiétude que nous, les signataires nationaux et internationaux de cette lettre ouverte qui vous sont adressés, le Président du gouvernement local des Açores, souhaitons parler du développement préoccupant des Açores et de leurs territoires. eaux (ZEE, zone économique exclusive). Dans l’écosystème atlantique, les Açores jouent un rôle existentiel pour la nature et tous les êtres vivants, au-dessus et au-dessous de l’eau. La préservation de cet écosystème unique et essentiel est cruciale pour la survie de l’homme. Inversement, la destruction de ce système peut avoir des conséquences d’une grande portée, non seulement pour les Açores, mais pour toute l’humanité. 

En ce qui concerne les générations futures et le traitement transgénérationnel et durable de la nature aux Açores, nous vous appelons à modifier radicalement votre politique en matière de protection de l’environnement et du milieu marin. 

Depuis de nombreuses années, le gouvernement local et les administrations des neuf îles ont, en coopération avec des experts, créé des zones de protection marines et des réserves naturelles en mer, à la fois autour des Açores et directement sur les îles – mais malheureusement  ce n’est que sur le papier. Les réserves naturelles autour des Açores ont été légalement reconnues à compter du 08 juillet 2008 (1). Cependant, à quoi sert-il d’établir des zones de protection marines lorsque les mêmes lois excluent de la protection des espèces pélagiques telles que les requins, les espadons et les thons, ou si la pêche illégale n’est pas arrêtée dans la pratique, et si les zones de protection marines ne sont pas respectées? 

Il en va de même pour les eaux de la zone des 200 milles, la ZEE des Açores, dans laquelle des flottes de pêche nationales et étrangères exploitent sans pitié les stocks de gros poissons tels que les requins, les espadons, les marlin blanc et blanc et le thon. La pêche dans des zones protégées telles que Princess Alice bank ou  Condor est également un fait. 

Des changements radicaux doivent être apportés si nous voulons assurer non seulement l’avenir de l’océan et de ses habitants, mais également les générations futures de l’humanité. 

Le gouvernement des Açores a demandé la certification GSTC pour le tourisme durable, reconnue au niveau international, et est en cours de certification. En apparence, la stratégie marketing «Des îles vertes avec un tourisme durable» fonctionne bien. Mais si vous regardez de plus près, la réalité de ce qui se passe sur les îles n’a souvent rien à voir avec une action durable. Le moment est venu d’apporter un changement dans l’océan et d’exposer ouvertement et honnêtement une vie réellement durable … pour l’avenir. Dans le contexte de la certification, un changement radical doit avoir lieu, non seulement dans le comportement des pêcheries, mais, plus important encore, dans le comportement du gouvernement des Açores, à savoir leur politique. 

Ci-après, nous avons énuméré sept points, étayées par des exemples, qui expliquent notamment comment les mers des Açores sont exploitées jusqu’à présent, avec la connaissance et le consentement du gouvernement local. 

Nous vous demandons, M. Vasco Alves Cordeiro, de répondre à ces questions et d’apporter des changements durables pour l’avenir: `

1. Pêche et débarquement des flottilles palangrières espagnoles aux Açores 

Fait: Pendant de nombreuses années (et à partir de 2012, spécifiquement observées et documentées par le NGO SHARKPROJECT, actif au niveau international), la flotte de palangriers espagnols s’est amarrée dans le port de Horta avec pour objectif principal le déchargement des requins bleus, des requins mako et de quelques espadons. SHARKPROJECT estime le nombre de requins débarqués annuellement à environ 5 000 tonnes basées sur des estimations approximatives, sur la capacité de chargement et sur la fluctuation des navires individuels vus revenant fréquemment. (* 2) 

Conformément au droit maritime international, les navires de pêche espagnols sont obligés d’activer en permanence leur système AIS / VMS (système d’identification automatique). Les informations actuelles montrent que ce n’est pas le cas. Le Caixa Velho (3a Vi 7-4-92) a débarqué le requin bleu et l’espadon à Horta le 30 avril 2019. Les données AIS / VMS de ce navire sont manifestement incomplètes, ce qui indique que l’AIS / VMS était périodiquement inactif. Selon des observateurs locaux, le Ribel Tercero (3a Vi-7-3554) débarque régulièrement des requins bleus et des requins-taupes mâles à Horta. La dernière fois remonte au 24 mai 2019. En octobre 2017, il n’existait aucune donnée AIS / VMS pour ce navire. Il n’est donc pas possible de vérifier si ce navire est en train de pêcher dans des zones protégées, y compris dans la ZEE des Açores, ce qui rendrait ses activités illégales. (* 3) 

Contexte: employés à l’origine pour capturer de l’espadon, bon nombre des 300 palangriers espagnols débarquent leurs prises à Horta toute l’année, de manière à ne pas avoir à emprunter la voie non rentable qui mène à Vigo (port d’attache et plus grand site de déchargement de requins en Europe). ). 

Cela signifie qu’ils peuvent redescendre directement à partir d’Horta pour pêcher dans les eaux autour des Açores, notamment au sud des Açores et au large de Terre-Neuve dans le Gulf Stream. Jusqu’à 100 kilomètres de palangres équipées de jusqu’à 20 000 hameçons sont utilisées pour capturer des espèces  marines telles que l’espadon et les requins. 

La prise ciblée par les palangriers espagnols était à l’origine de l’espadon, du marlin et  quelques requins-taupes mako. Les requins bleus ont également été capturés sur les palangres, mais étaient des prises accessoires indésirables. Selon la Commission internationale pour la conservation du thon atlantique (ICCAT), ils étaient pour la plupart (80 à 88%) jetés à la mer, morts ou mourants. 

L’ICCAT tient des statistiques sur les captures de thon, de requin et d’espadon dans l’Atlantique depuis 1966. Selon les statistiques de l’ICCAT, les flottes de palangriers n’ont débarqué que 3 560 tonnes de requin peau bleue dans l’Atlantique Nord en 1992 et 10 tonnes seulement dans l’Atlantique Sud en 1993. En 2011, il était de 73 192 tonnes et en 2016, de 66 273 tonnes de requin. (* 4) 

Les stocks d’espadons, dont le stock a diminué de moitié environ entre les années 1990 et 2016, et de marlin bleu et blanc, dont les stocks ont diminué au cours de la même période, ont diminué de moitié environ, ce qui signifie que le requin bleu et le requin mako sont de plus en plus ciblés comme principale prise. 

Le requin bleu, considéré comme une viande de qualité inférieure et rejeté à la mer comme une capture accessoire dans les années 1990, était de plus en plus recherché par les classes moyennes aspirant de plus en plus riches en Chine, avides de nageoires de requin. Dans ce cas, leurs ailerons particulièrement grands et longs ont scellé le destin des requins bleus et créé un commerce lucratif pour les industries de la pêche espagnole et portugaise. L’interdiction du « finning » dans l’UE, entrée en vigueur en juin 2013, n’a rien changé. 

Même si depuis lors, les nageoires ont dû être attachées au corps du poisson, des techniques ont été développées au fil du temps pour maintenir la « masse corporelle » aussi basse que possible en coupant la tête des animaux directement derrière les nageoires pectorales et en éviscérant l’animal autant que possible. La viande de chair de qualité médiocre a pour seul objectif de mettre en œuvre le règlement de l’UE « corps à nageoires naturellement fixées ». Le prix pour le requin bleu vidé, y compris les ailerons, à Vigo / Espagne est d’environ 1,00 € par kilogramme de requin bleu. (* 5) 

Un nombre considérable de jeunes requins sont capturés et déchargés par ces navires, ce qui peut s’expliquer par le fait que les Açores sont la principale zone de développement des jeunes animaux. C’est là que les requins bleus, qui se déplacent dans l’Atlantique, y retournent pour mettre bas. Leur progéniture continue de vivre près des îles et du sud-ouest des Açores (* 6). Cela vaut non seulement pour la population de requins bleus, mais encore plus pour les espèces protégées telles que les requins-marteaux lisses et les requins-renards (inscrits à la CITES, app. II et CMS), qui ne sont pas autorisés à débarquer dans l’Union européenne. Ils sont  accrochés sur des palangres, presque tous morts, et sont jetées à la mer sans aucun contrôle 

Demandes: 

  1. Arrêtez les débarquements de la flotte espagnole de pêche au requin dans le port de Horta et dans tous les  autres ports des Açores.
  2. 2. La divulgation de tous les tonnages annuels  de requins débarqués à Horta par la

flotte de pêche  espagnole à partir de juin 2013, y compris l’identification des navires, les noms, les tonnages des navires et le poids du poisson débarqué (principalement des requins) en tonnes. 

3. Divulgation des destinations de tous les conteneurs d’outre-mer contenant des requins et de l’ espadon débarqués par la flotte de pêche espagnole à partir de juin 2013. 4. Création d’une zone de protection marine de la taille de la zone économique exclusive à 200 milles marins des Açores, dans laquelle ni les requins ni l’espadon ne peuvent être capturés par les flottes de l’Union européenne. 

(2) Documentation détaillée sur les itinéraires (données AIS / VMS) et le déchargement de la flotte espagnole dans l’Atlantique Nord, avec Horta comme port de destination (documentation photographique) Quelle Global Fishing Watch, données en stock 2017-2019 (3 ) Rapport ICCAT 2016-17 https://www.iccat.int/Documents/BienRep/REP_EN_16-17_I-2.pdf (4) Prix ​​des enchères Enchères aux gros poissons Vigo novembre 2017, ZDF Recherche sur place pour la documentation « Das Geschäft mit 

dem Gütesiegel « (L’entreprise avec le sceau de qualité (5) Conservation des requins pélagiques et des raies aux Açores, DOP; Pedro Afonso, Frédéric Vandeperre, Jorge Fontes, Filipe Porteiro, 2012 

 

2. Pêche et débarquement de gros poissons (requins, espadon, marlin) par les 

flottes portugaises continentales sur les îles de Horta et Sao Miguel. 

Faits: Contrairement à la flotte espagnole, qui ne pêche que rarement à proximité des îles, la flotte portugaise utilise non seulement les ports de Horta et de Ponta Delgada. stations de déchargement pour les requins , mais aussi pêche très près de la côte et directement devant les îles des Açores dans la ZEE de 200 nm. Cela inclut également la pêche dans des zones protégées telles que le banc Princess Alice (* 7). 

Le 29 avril 2019, le palangrier MESTRE BOBICHA (VP-204-C), immatriculé sur le continent portugais sous le port d’attache « Vila do Porto », débarque des requins et des marlins dans le port de Ponta Delgada. Les requins bleus et, selon les travailleurs, les marlins  sont expédiés dans un conteneur de la société « Transinsular » n ° TMYU 900054-6. 

Il est immédiatement visible que presque tous les animaux sont très jeunes et ne sont donc pas sexuellement matures. On peut facilement voir que les requins bleus (BSH) sont chargés de nageoires attachées au corps vidé. Une partie des requins mako est étiquetée comme Blue Marlin (SWO), mais les nageoires sur le corps sont encore facilement reconnaissables. Des recherches approfondies ont montré que le MESTRE BOBICHA pêchait presque exclusivement dans la ZEE des Açores, dans les zones exactes qui constituent la « pépinière » de la plupart des espèces de requins et de marlins. Les zones protégées telles que  princesse Alice, les banques Acores,  Condor et Don Joao Castro sont ciblées. Pendant certaines périodes, ce navire débarque également à Vigo / Espagne. (* 7) 

Contexte: Ce navire n’est qu’un exemple parmi environ 100 palangriers du continent portugais autorisés officiellement à pêcher dans les mers entourant les îles. Cet exemple soulève également des questions concernant les espèces protégées qui n’ont pas été déchargées. Des requins-marteaux lisses, des requins-renards et d’autres espèces de requins protégés vivent autour des Açores. Les zones protégées sont systématiquement exploitées et, à part cela, les mêmes problèmes se posent que pour la flotte palangrière espagnole. 

Demandes: 

1. Un arrêt immédiat des débarquements de la flotte palangrière portugaise du continent dans tous les ports des Açores. 

2. Divulgation de tous les tonnages annuels débarqués par la flotte de palangriers portugais à compter de juin 2013, avec identification des navires, leurs noms, les tonnages et le poids du poisson débarqué en tonnes. 

3. Publication des journaux de bord indiquant les espèces menacées qui ont été capturées mais non débarquées et qui sont protégées par la CITES APP. II. (Espèces de requins / tortues de mer / oiseaux de mer, etc.) protégés. 

4. Divulgation des destinations de tous les conteneurs d’outre-mer contenant des requins et de l’ espadon après leur déchargement des navires de la flottille palangrière portugaise et à partir de juin 2013. 

5. La création d’une zone de protection marine de la taille de la ZEE des Açores de 200 nm dans laquelle ni les requins ni l’espadon ne peuvent être capturés par les flottes portugaises de la partie continentale du continent. Dans cette zone protégée, il convient de veiller systématiquement à ce que seule une pêche locale, manifestement durable, puisse avoir lieu en dehors des zones protégées locales (zones protégées proches de l’île et de PMA 1 – PMA 11) et sur une base saisonnière. 

6. Les espèces pélagiques telles que les requins, l’espadon et le thon, ainsi que toutes les autres poissons espèces situées dans les zones de protection marines préexistantes spécifiquement désignées (PMA 1 – PMA 11), ne peuvent être capturées à aucun moment de l’année. 

(6) Données AIS / VMS complètes (système d’identification automatique) du MESTRE BOBICHA (VP-204-C) du continent portugais avec port d’attache « Vila do Porto », disponibles à partir de septembre 2016 et attestant des infractions dans les réserves naturelles de la Açores Documentation photo supplémentaire du déchargement à Ponta Delgada.

3. Application cohérente des zones de protection marines situées au large des Açores et poursuite systématique de toute infraction. 

Faits: Les zones protégées établies par la loi n’offrent pas la protection pour laquelle elles ont été créées. En permettant la gestion des ressources et donc la pêche, les autorités de régulation compétentes ne sont pas autorisées à prendre des mesures. Par ailleurs, il convient de noter que la majorité des procédures établies par les autorités de contrôle compétentes ne tendent généralement pas à imposer des sanctions, ce qui accroît l’impunité des auteurs. L’effet négatif à cet égard est dû au fait que la procédure relève de la responsabilité des autorités de contrôle, tandis que l’imposition de sanctions incombe au gouvernement. 

Demandes: 

  1. Les zones de protection marines existantes sur et autour des îles, mais également celles telles  princesse Alice, doivent être protégées de manière plus cohérente à l’avenir. Les autorités de surveillance devraient être responsables de l’imposition de sanctions, pas le gouvernement. L’absence constante de sanctions, qui est en fait prescrite par la loi, est source d’impunité et de non-respect constant.
  2. 2. L’application de l’obligation pour tous les navires de pêche de posséder et d’exploiter un système AIS / VMS, ainsi que de se rendre directement au port le plus proche pour faire inspecter le système s’il cesse de fonctionner, pour quelque motif que ce soit. 

3. Interdire le passage des navires de pêche à travers les zones protégées – ce n’est qu’ainsi et grâce à l’analyse du protocole AIS / VMS par les autorités compétentes qu’il est possible de garantir que ces navires ne se livrent pas à des activités de pêche dans les zones interdites. 

4. Pêche locale illégale d’espèces protégées. 

Faits: Les Alves (VV-46-C) ont été filmés lors d’un voyage en 2016. L’équipage du palangrier, en provenance de l’île de Terceira, amorce spécifiquement les palangres de surface à l’aide de grands hameçons (J -Hameçons) pour requin et espadon. Le documentaire de 45 minutes présente des scènes dans lesquelles l’équipe tire les palangres. Les requins bleus sont amenés à bord de la manière la plus brutale et sont tués dans des circonstances abominables. De nombreux animaux sont, après avoir été maltraités et harponnés avec des harpons et des hameçons, puis frappés à coups de gourdins et leur estomac ouvert alors qu’ils sont encore en vie. Une scène vérifiable montre une requin-taupe femelle respirant encore malgré cette horrible torture et longtemps après avoir ouvert le ventre. 

Au cours de cette expédition de pêche, au moins six requins-marteaux lisses (APP CITES II et CMS) et un requin-renard femelle adulte (APP CITES II et CMS) sont illégalement hissés à bord et arrimés dans les cales. (* 8) 

Selon des rapports de témoins oculaires, des requins bleus et des requins-marteaux lisses capturés illégalement (App. CITES II et CMS) ont été débarqués à Rabo de Peixe en octobre 2018. (* 9) 

Contexte: La pêche aux requins bleus aux Açores est un « phénomène » relativement nouveau. Traditionnellement, le requin n’est pas consommé aux Açores. La seule exception est le « Cação » (Galeorhinus galeus), très populaire sur le continent et proposé de temps en temps aux comptoirs à poisson et vendu aux enchères au LOTA. Mais il existe également de nombreuses espèces protégées capturées sur les palangres de surface des pêcheurs et qui sont soit débarquées illégalement, soit rejetées à la mer par les pêcheurs sans aucun contrôle ni enregistrement. Comme il n’existe aucun moyen de contrôler les espèces accrochées à la palangre, cette méthode de pêche est l’une des plus non sélectives et des plus brutales du genre. 

Le cas des Alves (VV-46-C) a été mis au jour aux niveaux international et régional en 2016. À ce jour, le crime n’a pas fait l’objet de poursuites. Malheureusement, nous devons supposer que ce n’est pas un cas isolé, mais fait partie d’un système présent sur les îles. Selon les habitants de la région, les Alves continuent de pêcher des requins avec de longues lignes en surface. Il n’est certainement pas le seul navire. 

. 

Demandes: 

1. Interdiction des palangriers de surface ciblés pour les requins et les espadons / marlins par les 

pêcheurs locaux des Açores. 

2. Contrôles efficaces par les autorités portuaires lors du déchargement pour prévenir les infractions auxdes 

lois sur la protectionespèces. 

3. Sanction draconienne des violations de la Convention de Washington sur 

le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et de la CMS. 

4. L’application de l’obligation pour tous les navires de pêche locaux de posséder et d’exploiter le système AIS / VMS, ainsi que de se rendre directement au port le plus proche pour faire inspecter le système s’il cesse de fonctionner, pour quelque motif que ce soit.

 5. Interdire le passage des pêcheurs locaux à travers les zones protégées – ce n’est que de cette manière et via l’analyse du protocole AIS / VMS par les autorités compétentes qu’il serait possible de garantir que ces pêcheurs locaux ne se livrent pas à des activités de pêche interdites zones.

 6. Nous demandons que des poursuites pénales puissent être engagées directement par les 

autorités de contrôle, telles que la police maritime et la Garde nationale républicaine (GNR), sans qu’il soit nécessaire qu’elles soient déposées par les autorités régionales. Cela évitera à la fois la perte de temps et le mépris avec lequel la procédure engagée est gérée par ces autorités. Cela empêchera également la clôture de la procédure ou son abandon, comme cela se produit souvent. 

(7) La documentation complète de 45 minutes est disponible et peut être considérée comme une preuve concluante. 

(8) Des photos prises avec une voiture montrant le déchargement du requin et les rapports de témoins concluants sont disponibles 

 

5. Une interdiction immédiate du débarquement ou de la mise aux enchères Requins bleus, requins mako, espadons et marlins à la LOTA (vente aux enchères d’État) et cessation immédiate de l’inclusion des requins bleus dans les listes de captures pour les subventions de l’UE conformément au règlement en vigueur 

Faits: Des ventes aux enchères de requins et d’espadons des pêcheries palangrières locales via LOTA (Lotakor). De janvier à octobre 2018, 4,09 tonnes de requin mako d’une valeur totale de 16 686,00 € et 29,17 tonnes de requin bleu d’une valeur totale de 9 296,00 € ont été vendues aux enchères, ce qui correspond à une valeur totale de 26 000,00 €. , valeur négligeable par rapport à la pêche au thon, par exemple, qui a généré au cours de la même période plus de 2 millions d’euros pour le seul LOTA Sao Miguel (1-10/2018). (* 10) Le requin bleu, en partie Il est évident que les prix moyens ne vont que de 0,12 € à 0,36 € et ne peuvent être commercialisés de manière lucrative. 

Dans un cas spécifique, dans le LOTA de São Miguel, seuls 0,07 € ont été versés par kg de requin bleu. Cela est principalement dû aux subventions de l’UE, qui encouragent également les pêcheurs à capturer ces espèces. Pour chaque tonne de poisson pêché, les pêcheurs reçoivent 714 € de subventions. Selon la directive 46/2016 du 20 mai 2016, le requin bleu n’est pas inclus dans les subventions de l’UE, mais a néanmoins été inclus 

dans ce programme local. Il convient de noter que c’est précisément pour cette raison que les requins bleus sont capturés, car la valeur réelle, qui n’est pas rentable pour LOTA, est augmentée par les subventions qui rendent les captures lucratives. 

  Nous  exigeons: 

1. L’application de l’obligation pour tous les navires de pêche de posséder et d’exploiter le système 

AIS / VMS, ainsi que de se rendre directement au port le plus proche pour faire vérifier le système s’il cesse de fonctionner, pour quelque raison que ce soit.

 2. Interdiction au passage des navires de pêche à travers les zones de protection marines – ce 

n’est qu’ainsi et grâce à l’analyse du protocole AIS / VMS par les autorités compétentes qu’il est possible de garantir que ces navires ne se livrent pas à des activités de pêche dans les zones interdites .

 3. Interdiction de débarquer des requins bleus, des requins mako, des espadons et des marlins dans les 

ports des Açores. 

4. Pas de subvention de l’UE pour les requins bleus et mako. 

(9) Données disponibles pour les périodes LOTA Sao Miguel, Faial et Terceira pour la période allant du 1 au 10/2018. 

6. Promotion de la pêche durable locale  

faits: La  pêche  traditionnelle à la canne aux Açores fonctionne de manière saisonnière en utilisant seulement de faibles quantités de poisson-appât (anchois vivants) et ne génère aucune capture accessoire. Ils pêchent sélectivement le thon à nageoires jaunes et la bonite, dans le respect des quotas de capture officiels et strictement réglementés. Cette pêcherie est l’une des plus durables en son genre et peut être vendue de manière lucrative sur le marché international en utilisant des sceaux de durabilité pour les pêcheurs. 

Contexte: Pendant de nombreuses années, les stocks de thon de l’Atlantique ont été fortement surexploités par les flottes internationales. Les pêcheurs canneurs des Açores en souffrent également. Les années 2014 et 2015 ont été catastrophiques pour les pêcheurs locaux ciblant la bonite et le thon. En l’absence d’autres options disponibles, les pêcheurs locaux ont également commencé à pêcher dans des aires marines protégées et ont ainsi détruit les derniers stocks. Des zones telles que les Formigas sont actuellement surveillées avec des caméras pour mettre un terme à la pêche illégale (bien qu’il semble qu’elles ne soient pas encore opérationnelles). Ceci s’applique également aux pêcheries à la canne. Les petits pêcheurs locaux sont parfois obligés de contourner le LOTA et de vendre du thon illégalement. Tous ces faits montrent que la pêche aux Açores souffre des pratiques partiellement auto-infligées et de la pression de capture internationale. 

Demandes: 

  1. Subventions pour la pêche à la canne à pêche locale, dans la mesure où elles respectent les légales exigences et évitent les zones de protection marines et que leurs captures sont uniquement commercialisées via LOTA. 
  2.  Surveillance électronique à 100% des canneurs ou alternativement par des observateurs indépendants.

3. Le respect de l’obligation pour tous les navires de pêche de posséder et d’exploiter l’ AIS / VMS, ainsi que de se rendre directement au port le plus proche pour faire inspecter le système s’il cesse de fonctionner, quelle qu’en soit la raison. 

4. Interdiction au passage des navires de pêche à travers les zones protégées – c’est uniquement de cette manière et grâce à l’analyse du protocole AIS / VMS par les autorités compétentes qu’il est possible de garantir que ces navires ne se livrent pas également à des activités de pêche dans les zones interdites .

 5. L’établissement de zones fermées et surveillées de manière appropriée dans les ports afin d’éviter le contournement constant de LOTA. 

 

7. Pêche au requin et tourisme 

Faits: Depuis de nombreuses années, les gens viennent aux Açores pour profiter de la nature. L’observation des baleines et la plongée avec les requins constituent une partie très importante du tourisme. Alors que les observateurs de baleines restent principalement à terre et participent à d’autres activités pendant leurs vacances, des plongeurs (généralement expérimentés) viennent aux Açores avant tout pour plonger. (* 11) La plongée avec les requins joue un rôle central dans leur décision de venir ici. Depuis près de dix ans, le tourisme de plongée avec les requins fait partie intégrante des revenus de la population des Açores. 

Surtout dans le groupe central, cela a une grande importance. Les plongeurs ne sont pas seulement un facteur économique important pour les centres de plongée. Toutes les industries des Açores en profitent. Chaque requin bleu vivant est un facteur économiquement important pour les Açores. Un animal vivant a une valeur bien supérieure à 12 centimes d’euros par kilo de viande. Des études réalisées dans d’autres zones marines telles que les Bahamas montrent un énorme avantage économique dû aux animaux vivants.

 Aux Bahamas, la pêche à la palangre a été interdite dès le début des années 90. Depuis 2011, toute pêche au requin dans les eaux bahamanes a été interdite et un vaste sanctuaire a été créé. Le chiffre d’affaires annuel de l’industrie de la plongée, principalement par la plongée avec des requins, est de 113,80 millions de dollars US par an. (* 12) Les études DOP montrent des résultats similaires pour les Açores. (* 13) 

Contexte: Depuis des années, des plongeurs du monde entier observent la « vente de liquidation » de la nature aux Açores. Les médias de plongée publient régulièrement  reportages (* 14)  sur la pêche excessive aux requins autour des Açores, le soutien du gouvernement local à cette pêche et ses effets sur le tourisme de plongée, mais surtout sur l’écosystème de l’océan Atlantique. 

Dans les années 2014 – 2017, les observations de requins bleus autour du groupe central des Açores se sont effondrées de manière dramatique.

 En 2015, pratiquement aucun requin n’a été aperçu. Aujourd’hui, les zones protégées telles que  Condor banc et Azores sont littéralement « balayés ». Des pêcheurs ont été régulièrement observés dans des zones protégées telles que la princesse Alice. Des zones protégées pour les pélagiques (PMA 1 – PMA 11) ont été établies et la pêche interdite, mais avec des exceptions pour les espèces migratrices telles que le requin, l’espadon et le thon. C’est une contradiction dans les termes: quelle est l’utilisation des aires protégées pélagiques si les espèces migratrices visitant les aires protégées n’y sont pas protégées mais peuvent être capturées par des palangriers? (*7). 

Depuis dix ans, les zones de pêche autour des Açores sont de plus en plus surexploitées, les contrôles sont pratiquement inexistants et la population de requins, qui est si importante pour l’écosystème ainsi que pour le tourisme, est en train de disparaître. Autour de l’île Santa Maria, les observations de requins se sont effondrées de 80% en l’espace de 2 ans. (* 15) 

L’Aquario de Porto Pim sur Faial est un autre exemple de la façon dont les touristes sont trompés. Cela donne l’apparence d’un sanctuaire pour les tortues blessées et d’autres créatures marines, mais en réalité, il est géré par un marchand de poissons pour aquariums, qui vend même des espèces protégées via son site Web. Tous les grands aquariums du monde ont déjà été fournis par ce commerçant. Dans le portefeuille de cette société, avec le nom approprié « Flying Sharks », vous trouverez, à côté de toutes sortes de poissons de l’Atlantique (par exemple, des poissons de lune), des listes de requins bleus, de chardons, de requins chats et de diverses espèces de raies. Les requins bleus, en particulier, ne survivent en captivité que pendant des heures ou des jours et, dans le meilleur des cas (* 16). Mais il y a aussi des annonces très ouvertes sur le site Web de « Flying Sharks » selon lesquelles ils sont en mesure de fournir des espèces telles que la manta, les raies mobula et les requins-marteaux lisses. Ces espèces sont protégées par la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et sont inscrites à l’Annexe II. 

Elles ne peuvent donc être commercialisées que dans des cas exceptionnels s’il est prouvé que la population dont proviennent les animaux pris est en bonne santé. Il ne fait aucun doute que ce n’est pas le cas autour des Açores. Un autre point concerne la pratique très discutable consistant à conserver des espèces pélagiques telles que les requins et les raies dans des aquariums. Les grandes raies et les requins-marteaux, en particulier, n’ont pas une longue espérance de vie dans les aquariums. Leur commerce est donc hautement discutable et incompatible avec les valeurs de durabilité. 

Demandes: 

  1. Promotion du tourisme durable et de l’industrie de la plongée aux Açores. 
  2.  Protection de la population de requins autour des Açores dans la zone économique exclusive (200 NM).

3. Mettre un terme à la vente de mola, de requins bleus et d’applications CITES. II espèces par la société « Flying Sharks ».

 4. Le respect de l’obligation pour tous les navires de pêche de posséder et d’exploiter l’AIS / VMS, ainsi que de se rendre directement au port le plus proche pour faire inspecter le système s’il cesse de fonctionner, pour quelque motif que ce soit. 

5. Interdiction au passage des navires de pêche à travers les zones protégées – c’est seulement de cette manière et grâce à l’analyse du protocole AIS / VMS par les autorités compétentes qu’il est possible de garantir que ces navires ne se livrent pas également à des activités de pêche dans les zones interdites . 

 

références :

(10) Gérer les activités de tourisme faunique marin: Analyse des motivations et des niveaux de spécialisation des plongeurs et des observateurs de baleines, 

Julia Bentz, Fernando Lopes, Helena Calado, Philip Dearden (11) La valeur économique contemporaine des élasmobranches des Bahamas: récolter les fruits de 25 ans d’intendance et de 

conservation. Les liens de l’auteur ouvrent le panneau de superposition, Andrea R.Haasa, TonyFedler, Edward J.Brooksa. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0006320716307224?via%3Dihub (12) „Soutenir le tourisme faunique marin en reliant les limites du changement acceptable et le zonage dans le modèle de tourisme faunique“, 

Julia Bentz, Fernando Lopes, Helena Calado, Philip Dearden. (13) Rapports à l’échelle européenne (extrait): 

(14) «Soutenir le tourisme de la faune marine en reliant les limites du changement acceptable et le zonage dans le modèle du tourisme de la faune», 

Julia Bentz, Fernando Lopes, Helena Calado, Philip Dearden. 

(15) Le Manuel d’élevage des élasmobranches II: Les progrès récents dans le soin des requins, des raies et de leurs parents, Mark Smith, Doug Warmolts, Dennis Thoney, Robert Hueter, Michael Murray et Juan Ezcurra. Pages 43-51. © 2017 Ohio Biological Survey 

(16) Rapport mondial d’évaluation de la biodiversité et des services écosystémiques de l’IPBES, publié le 6 mai 2019

 

Avec tous les faits mentionnés ci-dessus, nous avons prouvé de manière catégorique que le système politique aux Açores n’était PAS viable à l’heure actuelle. Des lois et des réformes doivent être promulguées en permanence dans le but de protéger l’océan et, partant, de sécuriser les revenus du peuple des Açores pour toutes les générations futures. Toutes les conditions requises sont présentes dans l’abondance de la nature et celle-ci ne peut continuer à être exploitée, comme cela se produit actuellement, mais doit être protégée à dessein. 

Comme l’ont enfin révélé et confirmé l’ONU dans son dernier rapport, les espèces sont en voie de disparition dans le monde entier (* 17). L’exploitation directe du poisson et des fruits de mer a le plus grand impact sur les océans. Les 50 dernières années de pêche à grande échelle ont eu le plus grand impact sur la biodiversité des écosystèmes marins. En 2015, 33% des stocks de poisson étaient déjà surexploités et près de 33% des coraux, des requins et des raies formant des récifs, et plus du tiers des mammifères marins sont menacés d’extinction! 

 

Ne laissez pas les Açores contribuer à cette extinction de manière si triste, mais soyez des exemples. Les scientifiques du monde entier réclament un plus grand nombre d’aires marines protégées, des zones où la vie marine peut se rétablir. Toutes les recherches mondiales montrent que si une protection cohérente des zones marines est appliquée, une pêche durable en bénéficiera à long terme. 

Laissez les Açores montrer l’exemple pour l’avenir de notre océan, de nos enfants et de nos petits-enfants. Vous avez le pouvoir d’apporter ces modifications et d’établir une politique maritime véritablement durable aux Açores. Nous vous appelons à le faire. 

Nous vous demandons respectueusement de repondre  à cette lettre sous 4 semaines , au plus tard le 1er octobre 2019 .

SHARKPROJECT Germany eV 

Ottostraße 13 

D-63150 Heusenstamm 

 

Destinataires : 

Vasco Alves Cordeiro President of the Local Government of the Azores 

5 Ministres of the Azores 

Sérgio Humberto Rocha de Ávila Vice-President of the Local Government of the Azores 

Andreia Martins Cardoso da Costa Secretary of Social Affairs 

Avelino de Freitas de Meneses Secretary for Culture and Education 

Gui Manuel Machado Menezes Secretariat for Maritime Affairs, Science and Technology 

Ana Rêgo-Costa Amorim da Cunha Secretary for Transport and Infrastructure 

 

 

Lien lettre en anglais :https://docs.google.com/document/d/1LOnHEOzG-pvia-uiFg26rmtyvCipO3y6hM05dQVc63U/edit