IMG_0066

Les scientifiques utilisent la technologie des satellites pour évaluer les effets de l’écotourisme sur les requins tigres.

Les scientifiques utilisent la technologie des satellites pour évaluer les effets de l’écotourisme sur les requins tigres.

 Les activités écotouristiques qui utilisent la nourriture pour attirer et concentrer les requins  pour les observer sont devenues un sujet controversé dans les études écologiques.
Le débat est bien illustré par l’industrie du tourisme de plongée  requin , un marché mondial très lucratif et en plein essor. L’utilisation de chum ou de  nourriture pour attirer les grands requins dans les zones où les plongeurs peuvent voir les populations en diminution de ces animaux a suscité beaucoup de critiques en raison du potentiel d’impacts écologiques et comportementaux sur les espèces.IMG_0066

Cependant, le débat a été en grande partie rhétorique en raison d’un manque de données suffisantes pour tirer des conclusions .
Cinq chercheurs de l’Université de Rosenstiel School Miami de la Marine et sciences atmosphériques ont combiné leurs efforts pour répondre à la question. Dans une étude publiée en écologie fonctionnelle de la British Ecological Society, l‘équipe a réalisé la première étude de marquage par satellite afin d’examiner les effets à long terme sur les mouvements des requins tigres (le plus grand prédateur dans les eaux tropicales) de l’activité de plongée avec ces requins , avec ou non stimulation alimentaire .

«Nous avons étudié deux populations distinctes de requins tigres: l’une  en Floride et l’autre aux Bahamas», dit Neil Hammerschlag, professeur assistant de recherche à l’Ecole Rosenstiel de Marine and Atmospheric Science, directeur de l’R.J. Programme Dunlap Marine Conservation, et l’un des cinq chercheurs de l’étude.Photo TB fAce
Sur le site des  Bahamas, surnommé Tiger Beach, le chum  est largement utilisé pour attirer les requins à des fins de tourisme de plongée. En revanche, l’utilisation de chum et  de nourriture est illégale pour l’écotourisme plongée requin dans les eaux de la Floride .
L’équipe a émis l’hypothèse que les requins tigre de Tiger Beach  présenteraient des mouvements restreints autour du site de plongée, en particulier par rapport aux requins tigres marqués en Floride.

Cependant, ce qu’ils ont découvert est totalement différent: les requins tigre de Tiger Beach  ne restent pas à proximité de ce site de plongée où ils sont attirés par des appats et du chum . Au lieu de cela, les requins tigres des  Bahamas occupent une superficie de plus de 8500 kms ; une  taille près de cinq fois plus grande que celle qu’occupent les requins tigres de  Floride (dont l’écotourisme plongée se fait sans attirance alimentaire) .

« Non seulement nous découvrons que l’écotourisme plongée requins avec attraction alimentaire n’a pas affecté le comportement du requin tigre,  mais nous avons aussi constaté auparavant que ces requins effectuent des  migrations à longue distance jusqu’à 3500 kms dans l’océan Atlantique», a déclaré Jerald S. Ault, professeur de biologie et de la pêche maritime . « Ces migrations pour l ‘alimentation  suivent le Gulf Stream, une zone de forte productivité biologique  concentre  les proies des requins . »

https://www.youtube.com/watch?v=9iFl7BxbnXQ

Mr  Hammerschlag a ajouté , «Étant donné les avantages économiques et de conservation , nous pensons que la plongée  requin avec utilisation de chum ou attrait alimentaire doit perdurer  jusqu’à ce que des données suffisantes démontrent éventuellement  le contraire. »IMG_0107
Jiangang Luo, un scientifique à la Division de la biologie et de la pêche maritime, et les étudiants diplômés Austin Gallagher et Julia Wester ont également collaboré à l’étude, qui est intitulée «Ne pas mordre la main qui nourrit: Évaluation des impacts écologiques de l’écotourisme plongée avec attrait alimentaire, sur un prédateur marin au sommet de la chaine alimentaire .  »
Shark finning, la pratique d’attraper un requin, de couper les nageoires, puis se débarrasser du corps en mer, se traduit par une immense population de requins  qui décline dans le monde entier. Les ailerons sont vendus pour soutenir la demande croissante pour la soupe aux ailerons de requin, une délicatesse asiatique. Dans une étude  de 2011 ,Gallagher et Hammerschlag  ont montré que le tourisme lié à la plongée requin  génère plus d’argent pour les économies locales que de tuer les requins.

 Article en anglais :http://www.miami.edu/index.php/features/ecotourism_study/