2183882043_small_1

Les requins et les raies gravides sont susceptibles d’avorter lorsqu’ils sont capturés

Une nouvelle étude a révélé qu’un quart des requins et des raies en gestation  perdent leurs petits lorsqu’ils sont capturés, ce qui menace certaines espèces.

Les requins-anges sont parmi les espèces à haut risque d'avorter leurs chiots s'ils sont capturés pendant la grossesse.
 Les requins-anges sont parmi les espèces à haut risque d’avorter de leurs petits s’ils sont capturés pendant la gestation. Photographie: Carlos Villoch / MagicSea.com / Alamy

Des chercheurs australiens ont découvert qu’un quart des requins et des raies en gestation  avortent  de leurs petits lorsqu’ils sont capturés, révélant un risque peu connu pour la survie des animaux à croissance lente.

Une analyse des cas enregistrés de requins et de raies avortant  ou subissant une naissance prématurée une fois capturée a révélé que 24% des femelles gravides de 88 espèces perdaient leurs petits. Chez certaines espèces, comme la raie pélagique, le taux d’avortement à la capture était de 85%.

La recherche, publiée dans la revue Biological Conservation cette semaine , a également examiné 40 vidéos de naissances vivantes de requins et de raies publiées sur les médias sociaux et a constaté que dans la plupart des cas, les vidéos montraient un avortement provoqué par un traumatisme.

Le chercheur principal Kye Adams, un étudiant en doctorat de l’Université de Wollongong, a déclaré que les pêcheurs récréatifs et les chercheurs marins devraient être informés du risque de provoquer un avortement lorsqu’ils attrapent un requin, une raie en gestation.

« C’ est très répandu dans beaucoup d’espèces et semble également être mal connu des chercheurs et des pêcheurs récréatifs », a ajouté M. Adams. « Ils ne réalisent pas que ces événements sont des avortements, ils pensent qu’ils assistent à une naissance naturelle. »

Étant donné que le phénomène des requins et des raies perdant leurs petits lorsqu’ils sont capturés n’est pas bien connu, il n’est pas compté dans le cadre de la surveillance des prises accessoires ordinaires.

Environ 80% des requins et des raies capturés par les pêcheurs récréatifs en Australie sont relâchés dans l’eau, mais M. Adams a déclaré que le simple traumatisme causé par la capture pourrait suffire à faire perdre le petit aux requins.

« Nous recommandons que si vous attrapez un requin ou une raie enceinte – et vous pouvez le voir car habituellement ils sont très gros – la meilleure chose à faire est de le libérer sans le sortir de l’eau », a-t-il dit. « Coupez la ligne aussi près que possible de la bouche sans vous blesser, et ne les sortez pas de l’eau. »

Il a également suggéré d’imposer des restrictions de pêche sur les aires de soins connues des espèces qui semblent particulièrement touchées par l’avortement provoqué par la capture, comme les  requins anges.

Les aires de reproduction de nombreuses espèces protégées, comme le poisson-scie, sont déjà incluses dans les aires marines protégées.

Environ 60% des espèces de requins et de raies donnent naissance à des jeunes vivants, avec des périodes de gestation allant jusqu’à deux ans. Adams a déclaré que de longues périodes de gestation, combinées à la croissance lente et à la maturation de nombreuses espèces de requins et de raies, signifiaient que les grossesses perdues avaient potentiellement un impact plus important sur leur survie globale.

« Ils ont besoin de tous les petits qu’ils peuvent avoir », a-t-il dit. « Pour une espèce comme le poisson-scie et les requins  anges, ces avortements pourraient être très dommageables. »

Le plus ancien exemple d’avortement de requin ou de raie enregistré dans une revue scientifique publiée date de 1880 et raconte: «Une femelle de Squatina, d’une taille considérable, tirée de notre filet, a eu  15 à 20 petits au moment où, par le  manque d’eau, il était [asphyxié] par l’action de l’atmosphère sur ses branchies.  »

Le stress est le facteur le plus commun dans tous les cas de parturition induite par capture, mais Adams a dit qu’il n’y avait pas assez de recherche disponible pour déterminer si le stress était lié à un traumatisme physique, comme le harponnage ou le stress psychologique. .

La plupart des cas recensés étaient associés à l’utilisation du chalutage ou des filets maillants, mais M. Adams a indiqué que c’est probablement un biais causé par les méthodes d’échantillonnage des chercheurs en milieu marin.

« Je ne veux pas attaquer les pêcheurs récréatifs pour cela: c’est aussi un problème pour les chercheurs comme moi qui attrapent des requins et des raies pour les marquer », a-t-il dit. « La plupart des pêcheurs pêchent parce qu’ils aiment le poisson. Donc, ils ne vont pas vouloir faire des choses qui nuisent aux requins et aux raies qu’ils attrapent.

traduction de l’article:

https://www.theguardian.com/environment/2017/nov/02/pregnant-sharks-and-rays-likely-to-abort-their-young-if-caught

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire