7 faux à priori à propos des requins …

à priori  n°1 : les requins aiment la chair humaine

 

Il est extrêmement rare qu’un requin dévore un être humain. En effet, la chair humaine ne présente pas un taux de graisse suffisant pour intéresser le requin. La morsure du requin est généralement une morsure « d’exploration » (de type « mordu/relâché »), qui lui permet d’identifier à quoi/qui il a affaire. Malheureusement pour la victime, la morsure d’un grand requin est rarement sans conséquence…

Par ailleurs, des expériences ont démontré que les requins réagissaient plus à un échantillon de calmar ou de crevette qu’à un échantillon de sang humain.

Malgré tout, pour éviter toute mauvaise surprise, ayez toujours en tête les principales règles pour éviter une attaque de requin.

 

à priori n°2 : il n’y a pas de requin sur les côtes françaises

Les requins sont présents dans toutes les mers du globe, et les côtes françaises ne font pas exception. Toutes sortes de requins croisent près de nos côtes, du grand requin blanc en Méditerranée au requin pèlerin en Bretagne.

Récemment, on a ainsi trouvé un requin mako échoué sur une plage des Landes.

 

à priori n°3 : les requins sont des animaux peu évolués et stupides

Les requins sont des créatures évoluées aux sens très développés :
– leur odorat est extrêmement développé : il leur permet de détecter proies, partenaires sexuels, salinité de l’eau.
– la vue des requins n’est pas aussi mauvaise qu’on le pense. Les grands requins blancs sortent ainsi régulièrement leur tête de l’eau pour observer les alentours.
– ouïe : les requins peuvent entendre des sons à plusieurs kilomètres de distance.
– sixième sens : grâce aux « ampoules de Lorenzini », les squales peuvent détecter les champs électromagnétiques. Cette faculté leur permet de déceler la présence de proies, même cachées et immobiles. Les requins ressentent également les champs électriques produits par les courants, de même que le champ magnétique de la terre, grâce auxquels ils peuvent s’orienter dans les océans.

Ampoules de Lorenzini

Les comportements de certains requins seraient trop complexes pour être innés. Certains spécialistes défendent ainsi la thèse selon laquelle les grands requins blancs seraient capables d’apprentissage.

 

à priori n°4 : les requins les plus gros sont les plus dangereux

Les requins les plus gros sont le requin baleine (qui peut atteindre 20 mètres) et le requin pèlerin (12 mètres). Ces deux géants de la mer se nourrissent pourtant des proies les plus petites : plancton, krill, algues, et petits poissons. Ils sont parfaitement inoffensifs pour l’homme.

 

à priori n°5 : les requins ne peuvent pas sauter hors de l’eau

En Afrique du Sud, les grands requins blancs utilisent un technique particulière pour chasser les otaries. Cette technique (« breach ») consiste à attaquer les otaries, qui nagent en surface, en arrivant des profondeurs à pleine vitesse ce qui donne lieu à des sauts très spectaculaires.(voir photo ci-dessous)

Pour l’anecdote, le plus rapide des requins, le requin mako, peut réaliser des bonds pouvant atteindre 10 mètres !

 

à priori  n°6 : on ne peut pas rencontrer de requin en eau douce

Même en barbotant dans une rivière, vous n’est pas à l’abri de croiser un requin ! Le requin bouledogue a la particularité de s’acclimater facilement à l’eau douce. On peut donc le croiser dans les eaux de fleuves tels que l’Amazone, du Zambèze ou du Mississippi, ou encore du lac Nicaragua. Le requin bouledogue a ainsi été observé au Pérou, dans le fleuve Amazone, soit à 3 700 km de la côte !

Des requins d'eau douce
Autre requin d’eau douce, le requin du Gange, qui vit dans le fleuve du même nom. De la même famille que le requin bouledogue, il est souvent confondu avec celui-ci.

 

à priori  n°7 : le requin ne craint aucun autre animal

Contrairement aux croyances, le requin n’est pas à proprement parler le « seigneur des mers ». En effet,l’orque représente une menace pour les requins même les plus imposants.

On a ainsi vu une orque s’attaquer à un grand requin blanc dans la baie de Monterey, en Californie. Récemment, des promeneurs ont également assisté à l’attaque d’une orque sur un groupe de requins en Nouvelle-Zélande.

 

Et bien évidemment, l’homme reste le principal danger pour les requins.
A votre tour, n’hésitez pas à  faire  la chasse  aux   idées reçues entendues ici ou là sur les requins !

 

Sources :
Photo Albert Kok
Wikipedia.org/Requ.in819411_550554734963777_591362627_o

« BREACH «