IMG_0107

La vie sexuelle des requins tigres pourrait mettre l’espèce en péril

Les requins tigres semblent être génétiquement monogames – et cela pourrait mettre l’espèce en péril.

Les recherches de l’Université du Queensland ont montré que les requins tigres diffèrent de nombreux autres requins en ce sens qu‘ils n’utilisent pas la paternité multiple comme stratégie de reproduction.

La Dre Bonnie Holmes, chercheuse de l’Universiyé du Queensland, a déclaré que la paternité était multiple quand une progéniture unique était fécondée par plusieurs mâles, ce qui donnait naissance à des bébés issus de la même couvée ayant des pères différents – ce qui peut augmenter la diversité génétique d’une espèce.

Le Dr Holmes a déclaré que l’on pensait auparavant qu’il s’agissait d’une stratégie de reproduction largement répandue parmi les requins, avec la naissance de demi-frères et sœurs en même temps.

« L’ADN de 112 bébés-requins tigres de Cairns, Rainbow Beach et Gold Coast a été testé pour voir s’ils avaient des pères différents », a déclaré le Dr Holmes.

« Étonnamment, tous les juvéniles dans chaque portée semblaient avoir le même père, sauf un. »

Dr Holmes a déclaré que cela fournissait des informations essentielles pour la gestion de la durabilité des requins tigres à l’échelle mondiale.

« C’est la première évaluation génétique de la stratégie de reproduction de ces requins », a-t-elle déclaré.

« Sur la côte est australienne, l’espèce est fortement ciblée sur les opérations de contrôle des requins, les activités récréatives de pêche sportive et les opérations de pêche commerciale.

« Les requins tigres dans cette région peuvent avoir une capacité réduite à résister à une pression de pêche importante, aggravée par une stratégie de reproduction qui peut les rendre plus vulnérables à la perte de la diversité génétique et à la réduction de la taille effective de la population. »

Dr Holmes a déclaré que l’accouplement réussi chez les requins pourrait dépendre du taux de rencontre entre les partenaires potentiels.

« Parce que les requins tigres errent largement, l’accouplement multiple est probablement moins commun car ils sont moins susceptibles de rencontrer un membre de la même espèce. »

Elle a déclaré que d’autres études sur les portées de requins tigres étaient nécessaires pour corroborer les résultats.

« Bien que la paternité multiple soit largement acceptée comme une stratégie de reproduction commune chez les élasmobranches , la fréquence et la prévalence peuvent varier entre les espèces et les populations.

« Si la paternité multiple se produit chez les requins tigre, il le fait à des fréquences extrêmement basses « dans les portées. »  »

La recherche est publiée dans Royal Society Open Science.

Médias: École des sciences biomédicales, Dr Bonnie Holmes, b.holmes@uq.edu.au , +61 (0) 411 240 806; Faculté de médecine, Kate Zischke, kate.zischke@uq.edu.au , +61 7 3365 5133.