457906922-virli-leopard-channel-islands-de-californie-canal-de-santa-barbara-grand-requin-blanc

Des centaines de requins morts dans la baie de San Francisco , un phénomène récurrent au printemps . La cause enfin découverte ?

Des centaines de requins léopard et de raies ont été  trouvé morts ou en tain de mourir sur le littoral de la baie de San Francisco ce printemps,  deuxième année consécutive de la mort massive d élasmobranches dans la baie et la troisième en terme de nombre de  morts au  cours des six dernières années. Mais, pour la première fois, depuis l’apparition d’un échouage de requin inhabituel dans East Bay il y a un demi-siècle, les scientifiques disent qu’ils sont proches d’une explication.

« Je le considère comme un mystère du meurtre des requins depuis 50 ans, et nous espérons avoir découvert le tueur« , a déclaré Mark Okihiro, le pathologiste  du poisson et de la faune de Californie, qui a mené l’enquête.

L’evenement  de 2017 a commencé à la mi-mars et s’est concentré autour de Foster City et de Redwood City, avec des rapports supplémentaires sur Hayward, Berkeley, Oakland et San Francisco. Okihiro, basé dans le sud de la Californie, a parcouru cinq milles de rivage autour de Foster City au cours de la dernière semaine d’avril et a trouvé 24 requins de léopard morts .

« C’est la capitale des requins morts de la Californie », a déclaré Sean Van Sommeran, directeur exécutif de la Pelagic Shark Research Foundation (PSRF) à Monterey, qui suit les échouages.
Des morts de requins se sont produites dans la baie depuis 1967, alors que le naturaliste du district régional de East Bay, Ron Russo, a signalé la mort de plus de 725 requins et raies sur le rivage de l’Alameda pendant deux mois d’été.

Plus récemment, selon Van Sommeran, il y a eu de gros décès dans la South Bay entre 2002 et 2006. L  événement majeur suivant  est venu au printemps 2011, lorsque PSRF a suivi plusieurs dizaines de décès dans Foster City, San Mateo, Sausalito et Mill Valley.

Le moment des épidémies les plus récentes offre un indice sur la cause, Okihiro a déclaré: les requins léopard se rassemblent pour engendrer dans les eaux peu profondes au printemps et au début de l’été, en les exposant à plus de toxines qu’ils  ne rencontrent  dans les parties plus profondes de la baie où ils passent la majeure partie du reste de l’année.

Le problème, cependant, a été de déterminer exactement où et quand les décès ont eu lieu, la première étape nécessaire pour comprendre le  phénomène . « Ce n’est pas constant « , a déclaré Okihiro. « Ce n’est pas comme si nous pouvions les  tracer, il y a eu  2 000 requins léopard qui sont morts en 2011 contre 250 en 2012.

Okihiro a effectué des nécropsies sur 26 requins en avril, y compris ce qu’il a qualifié de  » patient zéro  » pour cette mort, un requin léopard récupéré d’une plage près de l’aéroport de San Francisco . Ce requin, et un autre recueilli quelques jours plus tard, avaient des signes d’une infection cérébrale qui les ont désorienté  et fait échouer  sur le rivage. De même, pour  sept autres requins qu’Okihiro a examiné  .

Avec la méningite (affection des méninges)  établie comme une cause de décès, Okihiro a ensuite pris des échantillons de tissus et de liquides autour du cerveau des requins, et a isolé un ensemble d’agents pathogènes fongiques encore non identifiés qu’il pense  avoir infecté les requins et qui les a tués.

La façon dont les agents pathogènes pourraient avoir transformé le cerveau des requins, en premier lieu, dit beaucoup sur la baie . Deux siècles de développement et de remplissage signifient que la majeure partie du flux d’eau le long du bayshore est contrôlée – dans des canaux de contrôle des inondations, des bassins fauniques  et les lagunes artificielles comme celles entourant les maisons de Foster City. Cette eau souvent stagnante est devenue, a déclaré Okihiro, comme un « bouillon  de culture géant» pour les champignons, et lorsqu’ il y a de fortes pluies ou sous certaines conditions  les agents pathogènes fongiques  «explosent en milliards de particules infectieuses dans la colonne d’eau». Un panache toxique de pathogènes est exposé dans la baie exactement  au moment où  de grands groupes de requins entrent dans des eaux peu profondes pour engendrer.

Les agents pathogènes, selon Okihiro, semblent entrer par les events  et les narines  des requins, puis parcourent  un ensemble de conduits dans le cerveau – ceci a été récemment découvert par le biologiste de requins de l’île de Long Beach, Chris Lowe.

Pathogène fongique
Une photo de l’agent pathogène non identifié issu du cerveau d’un requin léopard mort, que le pathologiste du poisson et de la faune de Californie Mark Okihiro a pris du cerveau du requin et s’est développé dans le laboratoire. (voir dans l’article ci dessous )

 

https://baynature.org/article/sharks-dying-san-francisco-bay/